Accueil

Le Théâtre français de la Révolution à l'Empire

de 1789 à 1815

Le théâtre français paraît s'être un peu endormi après 1784 — Le Mariage de Figaro, Beaumarchais, toute une affaire d'État — pour ne se réveiller qu'en 1830, sous les coups de boutoirs des romantiques : 1830, juste avant la Révolution de Juillet, c'est aussi une autre bataille, celle d'Hernani. Pourtant, cette trentaine d'années n'a pas été une période paisible, pour la France en général, pour l'Europe même, mais aussi pour le théâtre — et c'est ce point de vue qui nous intéresse ici, même s'il ne sera pas possible de ne considérer que ce seul élément de la vie culturelle.

En trente ans, le théâtre a beaucoup changé. Dans toutes ses composantes : les entrepreneurs de théâtre ont bénéficié dès 1789 d'une liberté qu'ils ignoraient et ils ont vu disparaître les privilèges accordés à quelques salles ; les acteurs sont sortis de l'indignité où les maintenaient le pouvoir et l'Église, et se sont vus admis dans la communauté des citoyens ; les auteurs ont vu leurs droits sur leurs œuvres enfin reconnus, et ont profité de la liberté d'expression promise par les Droits de l'Homme et du Citoyen.

Des conquêtes fragiles, toutefois : la liberté d'expression subit de rudes assauts dès 1793 (je pense à l'Ami des Lois  de Laya, que le pouvoir parisien tente d'interdire), et les révolutionnaires les plus ardents imposent aux créateurs des contraintes idéologiques qui nous font parfois sourire, mais qui ne devaient guère amuser ceux qui y étaient confrontés; les directeurs de salle voient bien que la liberté d'entreprendre se heurte aux contraintes de l'économie, et beaucoup connaissent de sérieuses difficultés. Et puis, l'arrivée au pouvoir de Bonaparte marque une nette inflexion vers moins de liberté pour les théâtres : leur nombre finit par être sévèrement limité, et la liberté de parole est fortement encadrée : l'interdiction des pièces est courante sous Napoléon Ier, comme elle le sera sous la monarchie restaurée après 1815.

 

Le projet de ce site, c'est de fournir le plus grand nombre possible d'outils pour faire mieux connaître cette période riche et confuse de l'histoire du théâtre français — plutôt ignorée en dehors des cercles de spécialistes universitaires — :

  • des informations sur les pièces : en vingt-cinq ans, le nombre de pièces créées est considérable, et le répertoire qui se crée alors marque une évolution vers de nouvelles formes, même si, dans le même temps, les formes classiques continuent à être utilisées ;
  • des éléments de biographie de tous ceux qui ont participé à l'aventure de ce théâtre : des gens qui, pour certains, commencent leur carrière sous la monarchie absolue pour l'achever sous Louis-Philippe, voire au-delà, et qui ont donc connu des bouleversements politiques aussi radicaux que nombreux ;
  • un panorama des lieux de théâtre : beaucoup de salles créées, au service de nombreuses troupes plus ou moins durables.

 

Le site veut être en construction permanente : ce qu'il est aujourd'hui n'est qu'un premier pas, et les projets, les chantiers ne manquent pas...