L'Amour et l'Intrigue

L'Amour et l'Intrigue, drame en cinq actes et en prose, par Jean-Henri-Ferdinand Lamartelière, 25 nivôse an 9.

Théâtre français de la République

Titre :

Amour et l’intrigue (l’)

Genre

drame

Nombre d'actes :

5

Vers / prose

en prose

Musique :

non

Date de création :

25 nivôse an 9 (15 janvier 1801)

Théâtre :

Théâtre français de la République

Auteur(s) des paroles :

Jean-Henri-Ferdinand Lamartelière

Almanach des Muses 1802

Imitation monstrueuse d'un drame allemand de Schiller.

Intrigue pénible et détails invraisemblables. Point de succès.

Décade philosophique, littéraire et politique, neuvième année, IIme trimestre, n° 13 du 10 pluviôse an 9, p. 233-234 :

Après un début mystérieux (le critique sait des choses, mais ne veut pas nous les dire, il s’en prend sans nuances à la pièce : elle a totalement échoué, et cet échec est mérité, puisque, « drame germanique, imité de Schiller », elle n’avait rien à faire sur un théâtre français. Le critique souhaite qu’on cesse d’adapter en France « les monstruosités tudesques ». Et il ajoute que la situation (vertu d’une « favorite », corruption d’un ministre) n’est sans doute pas vraisemblable en France... Témoignage intéressant sur les sentiments anti-allemands, et sur la coupure artistique entre les deux pays.]

Théâtre-Français de la République.

L'Amour et l'Intrigue, drame en cinq actes et en prose.

CETTE pièce est la même dont la première représentation avait été si longtems annoncée, sous le titre de la Favorite, et suspendue par des motifs que nous n'approfondirons point. Malgré cette contrariété, qui devient assez ordinairement une cause de succès, la chûte la plus complette a fait justice de ce drame germanique, imité de Schiller, qui ne méritait pas les honneurs de la scène française. Heureux si cette épreuve dégoûtait nos traducteurs mal-adroits de la manie de transporter sur notre théâtre les monstruosités tudesques !

On a remarqué que l'intrigue était fondée sur le caractère vertueux d'une favorite et la corruption d'un ministre. En France, on a dû trouver une partie de ces mœurs peu vraisemblables.                           L. C.

 

Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, an 9 (1801), n° 17, Pluviôse an 9, p. 271 :

Théatre Français de la République.

L'amour et l'Intrigue.

L'Amour et l'Intrigue est regardée comme un des beaux ouvrages du célèbre Schiller, à cause du grand intérêt du sujet, et surtout de l'originalité des trois personnages, le Musicien, le Ministre et l'Anglaise, maîtresse du prince.

Cependant ce drame est tellement opposé à nos mœurs, que son succès en eût été douteux, quand tien même il n'eût pas été défiguré. Mais celui qui vient de le mettre au théâtre l'a tellement mutilé, qu'un ennemi déclaré de l'auteur n'auroit pas pu lui rendre un plus mauvais service.

Ce drame a été complètement sifflé, et ne reparoîtra plus.

Ajouter un commentaire

Anti-spam