Créer un site internet

Les Deux sous-lieutenans

Les Deux sous-lieutenans, comédie en un acte, mêlée d'ariettes, texte de M. Favières, musique de M. le Breton, 19 mai 1792.

Théâtre Italien.

Les Deux sous-lieutenants ont été repris le 11 prairial an 10 [31 mai 1802], sous le titre de les Deux sous-lieutenants ou le Concert interrompu, texte de Marsollier et Favières, musique d'Henri-Montan Berton.

Titre :

Deux sous-lieutenants (les)

Genre

comédie mêmée d’ariettes

Nombre d'actes :

1

Vers / prose

prose avec des couplets en evrs

Musique :

ariettes

Date de création :

19 mai 1792

Théâtre :

Théâtre Italien

Auteur(s) des paroles :

M. Favières

Compositeur(s) :

M; le Berton

Mercure universel, tome XV, n° 448, du lundi 21 mai 1792, p. 336 :

[Le critique du Mercure universel a apprécié la pièce : « d'une gaîté assez piquante, elle peut être morale ». Jugement positif sur la musique, sur les interprètes.]

THÉATRE ITALIEN.

Les deux Sous - Lieutenans , comédie en 1 acte , mêlée d'ariettes, donnée avant-hier pour la première fois, sont d'une gaîté assez piquante, elle peut être morale, puisqu'elle offre le tableau funestes des suites de la dissipation . Deux Sous-Lieutenans vivent ensemble ; l'un d'eux a gagné au jeu 200,000 liv., ils ont un secrétaire commun et puisent à discrétion ; la dépense d'une année a absorbé presque cette somme, ce qui prouve qu'il n'est jamais de trésors assez immenses pour les prodigues, et qu'au sein des richesses, ils marchent à une affreuse pauvreté. Bals, concerts, repas somptueux, ils épuisent avec leur santé tous les plaisirs ; l'un doit se marier, mais il se voit contraint d'y renoncer, parce que la foule de créanciers qui l'assiègent vient le réclamer jusques au milieu d'un bal, et l'obliger à prendre la fuite, après avoir, pour les satisfaire, livré tout ce qu'il possède de mobilier à la rapacité de deux juifs.

La musique est pleine de gaîté et de fraîcheur, elle est de M. le Breton. On a vu avec plaisir dans le concert qui se passe sur la scène, M. Chenard exécuter sa partie sur la basse avec beaucoup de talent. On a fort applaudie [sic] Mlle. Richardi ; elle a chanté dans le goût italien.

Le poëme est de M. Faviere , auteur de Paul et Virginie.

L’Esprit des journaux français et étrangers, 1792, volume 8 (août 1792), p. 296-297 :

[Pour le critique, la pièce est mauvaise : elle promettait « de la gaieté, du comique, ou au moins du plaisant (qu'il faut bien distinguer du comique) », elle n’offre rien de tout cela : « C'est bien réellement une pauvreté dramatique qu'une pareille intrigue ; aussi le public l'a-t-il considérée comme telle. Point de bruit, point d'humeur, mais un long ennui, & un silence plus fâcheux que du dépit, même très-prononcé. » Rien sur la musique, presque rien sur l’interprétation (on est content d’apprendre que Chénard joue bien du violoncelle).]

THÉATRE ITALIEN.

Le samedi 19 mai, on a donné la premiers représentation des deux Sous-Lieutenans, comédie en un acte, mêlée d'ariettes.

Cette piece annonçoit de la gaieté, du comique, ou au moins du plaisant (qu'il faut bien distinguer du comique) qu'y a-t-on trouvé ? Rien qui répondît à ce que l'ouvrage sembloit promettre. Un négociant qui balance à consentir au mariage de sa fille, avec un citadin honnête & sensible, se laisse séduire par les prétendues qualités d'un officier auquel il accorderoit volontiers la préférence sur son rival. Mais l'officier a un camarade avec lequel il vit en communauté ; les finances de cette communauté s'épuisent ; les ressources manquent ; les créanciers deviennent difficiles à satisfaire ; ils menacent même. Le sous-lieutenant amoureux, victime des extravagances de son ami, se voit obligé de renoncer à devenir époux ; il vend son mobilier, il noie dans des plaisirs turbulens le chagrin dont il craint d'être accablé par la résolution forcée, qu'il prend de renoncer à ce qu'il aime ; un concert, un souper, un bal absorbent les derniers momens qui précedent sa fuite : enfin, il part, avec son ami, à la faveur du tumulte presqu'indispensablement attaché à tout bal donné par des sous-lieutenans, & le négociant accorde, tout bonnement, sa fille à l'amant estimable dont elle avoit fait le raisonnable choix.

C'est bien réellement une pauvreté dramatique qu'une pareille intrigue ; aussi le public l'a-t-il considérée comme telle. Point de bruit, point d'humeur, mais un long ennui, & un silence plus fâcheux que du dépit, même très-prononcé ; c'est ce que l'on a pu remarquer pendant & à la fin de la représentation de ce petit ouvrage, qui a, au moins, le mérite d'avoir fait briller, dramatiquement, le talent distingué de M. Chenard sur le violoncelle.

D’après la base César, l’auteur est inconnu. La pièce a connu 2 représentations, les 19 et 30 mai 1792.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×