La Vallée suisse

La Vallée suisse, opéra-comique en trois actes, par MM. Sewrin et Chazet, musique de M. Weigel, 29 octobre 1812.

Théâtre de l’Opéra-Comique.

Titre

Vallée suisse (la)

Genre

opéra-comique

Nombre d'actes :

3

Vers / prose ?

prose, avec des couplets en evrs

Musique :

oui

Date de création :

29 octobre 1812

Théâtre :

Théâtre de l’Opéra-Comique

Auteur(s) des paroles :

MM. Sewrin et Chazet

Compositeur(s) :

M. Weigel

Dans les Supercheries littéraires dévoilées, volume 5, p. 639, Joseph-Marie Quérard affirme que Sewrin n’est pas l’auteur de cette pièce :

Cette pièce n'est point de M. Sewrin, mais une traduction de l'allemand de Castelli (par qui ?), et arrangée pour la scène française par celui dont elle porte le nom.

Elle a été reprise et réimprimée à Paris, en 1827, sous le nouveau titre de : « Emmeline, ou la Famille suisse. Paris, Bezou, in-8. — Le titre de cette édition indique que c'est une traduction de l'allemand.

L'original est intitulé : « Die Schweitzer Familie ». La musique de Weigl a été conservée pour la traduction.

Sur la page de titre de la brochure, à Paris, chez Fages, 1812 :

La Vallée suisse, opéra-comique en trois actes ; Paroles de M. Sewrin, Musique de M. Weigel ; Représenté à St. Cloud, devant Sa Majesté l’Impératrice et Reine, le Jeudi 29 Octobre 1812 ; Et le Samedi suivant, à Paris, sur le Théâtre impérial de l’Opéra-Comique.

Journal des arts, des sciences et de la littérature, onzième volume (1812), n° 185 (Troisième année), 5 septembre 1812, p. 163-164 :

[La pièce a tellement peu plu au malheureux critique qu’il exprime d’abord un vif embarras et pose des questions déontologiques tout à fait pertinentes : comment rendre compte de façon juste de ce qu’on n’a pas aimé.

Parce qu’il n’a aimé de la pièce que la musique : sujet pas original, livret très pauvre, pièce trop longue, personnages inutiles.]

Première représentation de Pauvre Jacques, ou la Vallée suisse, paroles de M. Sewrin, musique de M. Weigel.

Quand on ne cherche pas à devenir chef de secte, et surtout quand on s'estime assez pour montrer de la franchise, il est difficile de rendre compte d' un ouvrage insignifiant. Ne dire que peu de mots, ce serait blesser l'amour-propre de l'auteur ; faire de nombreux éloges, ce serait mentir à sa conscience; s'appesantir sur de longues critiques, ce serait injustice ; s'il faut s'en tenir au chapitre des réflexions, on marche sur le bord de l'écueil.

Encore, si quelque vieille profession de foi vis-à-vis de mes lecteurs, m'obligeait de redire de temps en temps, à propos de Mérope ou de Cinna, que Voltaire est un méchant homme, et que tous les philosophes sont autant de fripons ! je trouverais aisément, dans mon porte-feuille, un petit ambigu pour chaque pièce nouvelle. Rien n'est moins pénible ni plus ingénieux que d'attaquer les morts pour épargner les vivans : c'est tenir à peu près, en littérature, les registres de l'état-civil, et délivrer aux uns des certificats de naissance, quand on semble donner aux autres un second acte de décès.

Peut-être, en effet, serait-ce un exemple à suivre et une source inépuisable d'articles que cette haine vouée au parti philosophique ; mais encore faudrait il qu'elle fût désintéressée, et que les ouvrages des philosophes valussent tout le mal qu'on veut en dire. Je sais bien qu'il serait facile de troubler encore une fois les cendres de Jean-Jacques, en parlant de la Vallée suisse, et que, d'attaque en attaque, on pourrait arriver à la fin de l'article ; mais qu'y gagneraient mes lecteurs ? des pointes, des jeux de mots, de l'ennui, jamais le sel de l'à-propos.... Autant vaudrait parler de Voltaire ou d'Homère en cinq mortelles colonnes , à propos de Jérusalem délivrée.

La Vallée suisse est un sujet déjà connu sous le titre de Pauvre Jacques. D'une chanson on avait fait un vaudeville ; du vaudeville on a voulu faire un opéra comique, et la distance qu'il y avait à franchir entre ces deux intervalles, ne serait pas remarquable, si le talent de M. Weigel ne plaçait aujourd'hui l'opéra fort au-dessus de l'ancien vaudeville.

Je ne dirai pas, comme un de nos journaux, que la pièce ne vaut que par la musique : je craindrais que l'auteur des paroles ne me cherchât querelle en fait de grammaire, et que la querelle ne fût pas à mon avantage : mais je conviendrai que le poëme a exigé peu d'invention ; que, sans le secours de la musique, il serait mort sans doute avant terme ; et que M. Sewrin doit à M. Weigel une existence de trois actes.

Comme Nina, une paysanne suisse, contrariée dans ses jeunes amours, devient folle tout à coup ; comme Nina, la vue de son amant suffit pour la guérir : voilà le sujet sur lequel roule toute l'action. L'auteur a bien donné deux rôles obligés au père et à la mère de cette nouvelle Nina ; mais il a conservé un seigneur, un concierge et un niais, dont les spectateurs se seraient volontiers passé. Généralement l'ouvrage, copié mot à mot sur l'ancien vaudeville, n'est qu'ébauché : il eût été charmant en un acte ; il est fastidieux en trois.

Cependant, il faut en tout un juste systême de compensation ; aussi la musique a-t-elle suffi pour dédommager du vide du poëme et de la langueur des paroles. L'ouverture est d'un bon caractère ; elle est agréable autant que savante : quelques passages sont plus chantans qu'harmonieux ; mais aujourd'hui ce défaut est si rare, qu'on est forcé de l'excuser : d'ailleurs, l'ensemble a mérité de nombreux applaudissemens, et l'on n'a critiqué que la fin, qui a paru moins soignée. Le premier air du premier acte a produit peu d'effet ; mais le finale du second, un quatuor, et deux duos, ont entraîné tous les suffrages.

Lesage a fort bien rempli le rôle du niais : c'est peut-être le premier acteur qui, dans de tels emplois, conserve une figure plutôt originale que naïve, et le seul qui s'éloigne également du trivial et de l'affectation. On dirait presque qu'il a su donner de la noblesse à la niaiserie.

Mlle. Regnault ne mérite point de nouveaux éloges : elle a paru dans le rôle d'Emmeline, ce qu'elle a toujours été et ce qu'elle sera constamment, une excellente actrice, une musicienne agréable. Son jeu a souvent ému le spectateur ; mais il eût produit plus d'effet sans une scène ridicule où le niais, qui se croit aimé de la jeune paysanne, achève toutes les phrases que lui arrache le délire, et s'empare d'un nœud de rubans, qu'elle croit donner à Jacques Fribourg. Le pathétique approche quelque fois un peu du ridicule, la parodie se plaît souvent à confondre ces deux genres ; mais ce sont deux voisins d'un caractère trop opposé pour qu'il soit possible de les réunir sur un grand théâtre.

Magasin encyclopédique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, 17e année, 1812, tome VI, p. 170-171 :

[Cette pièce est une fausse nouveauté, et l’intrigue n’est pas très originale (allusion à Nina, bien connu des spectateurs et des lecteurs. Par contre la musique est mise en avant : elle est dans un style rarement pratiqué en France...]

THÉATRE DE L'OPÉRA COMIQUE.

La Vallée suisse, opéra comique en trois actes, jouée le 31 novembre.

Cette pièce, de MM. Sewrin et Chazet, fut jouée au théâtre du Vaudeville, il y a cinq ou six ans, sous le titre de Pauvre Jacques. Tout le monde connoît la romance qui en avoit fourni le sujet. La pièce eut peu de succès. Voici en quelques mots comment les auteurs avoient arrangé leur fable.

Ils supposèrent qu'une jeune paysanne de la Suisse, transportée en Allemagne, loin de Jacques Fribourg, son amant, y devient folle ou malade de chagrin. Le seigneur allemand, qui doit une grande reconnoissance aux parens de cette nouvelle Nina, fait arranger leur habitation comme celle qu'ils occupoient dans leur patrie. Le jeune Fribourg ne tarde pas à se rendre dans cette terre ; il y arrive par-dessus les murs, et l'air de Pauvre Jacques, chanté quelques instans après, opère la reconnoissance et le dénouement.

M. Weigel, maître de chapelle de S. M. l'impératrice d'Autriche, a repandu dans cette composition un charme devenu bien rare parmi nous, c'est celui d'un chant soutenu et d'une grande douceur d'accompagnemens. Les connoisseurs ont principalement admiré un duo très-original, et un chœur nocturne des plus harmonieux.

Mademoiselle Regnault s'est acquittée en habile comédienne du rôle d'Eméline. Paul a mis beaucoup de franchise dans celui de Jacques Fribourg. Chenard, Lesage, Juliet, Gavaudan, et Mademoiselle Desbrosses, n'ont pas moins contribué au succès de l'ouvrage.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×