Le Valet Ventriloque

Le Valet Ventriloque, com. en un acte, mêlée de couplets ; 13 août [1811].

Théâtre des Variétés.

Titre :

Valet ventriloque (le)

Genre

comédie mêlée de couplets

Nombre d'actes :

1

Vers / prose

prose, avec couplets en vers

Musique :

vaudevilles

Date de création :

13 août 1811

Théâtre :

Théâtre des Variétés

Auteur(s) des paroles :

Dumersan

Almanach des Muses 1812.

Sur la page de titre de la brochure, à Paris, chez Madame Masson, 1811 :

Le Valet ventriloque, comédie en un acte et en vaudevilles, par M. Du Mersan ; Représentée, pour la première fois à Paris, sur le théâtre des Variétés, boulevard Montmartre, le 13 août 1811.

Journal de l’Empire, jeudi 15 août 1811, p. 3-4 :

Théâtre des Variétés.

Le valet Ventriloque.

Ce ne sont que des scènes de ventriloques ; seulement pour les amener et les lier ensemble, on y a cousu un petit canevas dramatique des plus légers. Le talent de ventriloque n'est plus un objet de curiosité depuis que tant de virtuoses dans ce beau genre se sont répandus dans les sociétés : depuis qu'ils ont tant fait briller, dans de grands repas, la capacité et l'éloquence de leur ventre. I1 s'est trouvé aux Variétés un acteur nommé Odry, gratifié par la nature de ce merveilleux privilége d'une double voix. J'aimerois mieux qu'un acteur n'en eût qu'une, et qu'elle fût bonne et belle ; j'aime mieux le son naturel qui sort de la poitrine, véritable siége de la voix humaine, que les prestiges du gosier et les miracles du ventre, plus étonnans qu'agréables. M. Odry a voulu faire part au public du don extraordinaire qu'il possède, et M. Dumersan a sait le compère, c'est-à-dire qu'il a imaginé, pour faire valoir le talent particulier de l'acteur, une intrigue asssez commune.

Eugénie Bonardeau a pour amans ses deux cousins : l'un, nommé Clairval, est un de ces militaires lestes et brillans faits pour donner des insomnies à leurs cousines ; l'autre, nommé Trigaudin, est un de ces niais que jamais aucune cousine ne daigna regarder, encore moins épouser. L'imbécille est protégé par la mère ; le jeune officier, par son valet Robert qui est ventriloque. Avec sa double voix, qu'il sait employer à propos, Robert écarte les importuns, effraye l'imbécille en lui faisant accroire que son oncle défunt revient pour lui interdire le mariage, sous peine d'être privé de sa part à la succession ; car toute la famille Bonardeau est assemblée pour entendre la lecture du testament de cet oncle. Il laisse six cents francs de rente à la cousine Eugénie, déshérite le cousin Clairval, assigne une pension de nille écus au cousin Trigaudin. et le reste de son bien à l'époux que choisira Eugénie : on se doute bien sur qui tombe son choix. Toutes les affaires étant arrangées, le valet ventriloque régale l'assemblée d'un plat de son métier, et fait différens tours qui ont été fort applaudis, Brunet n'avoit garde de prendre un rôle dans cette pièce, où ses lazzis et ses bons mots auroient pu être effacés par les prodiges de la ventriloquerie.

Geoffroy.

Magasin encyclopédique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, année 1811, tome IV, p. 399 :

Le Valet ventriloque, vaudeville joué le 13 août.

Une légère intrigue sert de cadre à des scènes assez comiques, où Odry, chargé du rôle de valet, fait le ventriloque pour éloigner une surveillante incommode, effrayer un imbécille, et servir ainsi les amours de son maître. Outre les scènes de ventriloque, il a encore su se faire applaudir dans ses travestissemens en vieil intendant et en danseur. La pièce a obtenu un succès complet.

Mémorial dramatique ou almanach théatral, VIe année, 1812, p. 167-168 :

Le Valet ventriloque, vaudeville en un acte, par M. Dumersan. (13 août.)

Eugénie Bonardeau a pour amans deux cousins ; l'un, nommé Clairval, est un de ces militaires fait pour donner dans l’œil à leurs cousines ; l'autre, nommé Trigaudin, est un de ces niais que jamais aucune cousine ne daigna regarder, et encore moins épouser : l’imbécile est protégé par sa mère, le jeune officier par son valet Robert, qui est ventriloque. Avec sa double voix, qu'il sait employer à propose, Robert écarte les importuns, effraie l'imbécile, en lui faisant accroire que son oncle défunt revient pour lui interdire le mariage, sous peine d'être privé de sa part à la succession, car toute la famille Bonardeau est assemblée pour entendre la lecture du testament de cet oncle. Il laisse six cents francs de rente à la cousine Eugénie, déshérite le cousin Clairval, assigne une pension de mille écus au cousin Trigaudin, et le reste de son bien à l'époux que choisira Eugénie : on se doute bien sur qui tombe son choix. Toutes les affaires étant arrangées, le valet ventriloque régale l'assemblée d'un plat de son métier, fait différens tours qui ont été fort applaudis, et sans lesquels la pièce eût été moins bien accueillie.

Ajouter un commentaire

 
×