Auteurs C

Les auteurs

C

Retour

Cadet de Gassicourt, Charles-Louis (1769-1821).

Français.

Masculin.

Avocat, puis pharmacien. - Docteur ès sciences (1812). - Secrétaire du Conseil de salubrité et de la section pharmacie de l'Académie de médecine. - Fils de Louis-Claude Cadet de Gassicourt (1731-1799).

Christophe Morin, ou Que je suis fâché d'être riche, folie-vaudeville en un acte, par les auteurs de M. de Bièvre, créé sur le Théâtre des Troubadours le 18 vendémiaire an 8 [10 octobre 1799].

[Liste des auteurs : Dupaty, Luce de Lancival, Salverte, Coriolis, Creuzé de Lesser, Cadet de Gassicourt, Legouvé, Monvel fils, Longpérier, Chazet Léger et Mautort.]

Deux et deux font quatre ou le Savetier de Chartres, comédie en un acte, de Cadet de Gassicourt, Bonnin et Dutremblay ou Domiller de Thésigny., créée sur le Théâtre des Troubadours le 29 nivôse an 8 [19 janvier 1800].

Finot, ou l’Ancien portier de Monsieur de Bièvre, proverbe archi-bête en un acte, de Chazet et Cadet de Gassicourt, créé sur le Théâtre Montansier-Variétés le 28 ventôse an 8 [19 mars 1800].

Monsieur de Bièvre, ou l'Abus de l'esprit, calembourg en un acte et en vaudeville ; Par les C.ens C...., créé sur le Théâtre des Troubadours le 7 prairial An 7 [26 mai 1799].

[Les auteurs sont nombreux : Dupaty, Luce de Lancival, Salverte, Coriolis, Creuzé de Lesser, Cadet de Gassicourt, Legouvé, Monvel fils, Longperrier, Alexandre (c'est-à-dire Ségur jeune et Auguste de Forbin) et Chazet.]

Le Souper de Molière, ou la Soirée d'Auteuil, fait historique (opéra-vaudeville) en un acte, de Cadet-Gassicourt, créé sur le Théâtre du Vaudeville le 4 pluviôse an 3 [23 janvier 1795].

La Visite de Racan, ou la Femme bel esprit, vaudeville anecdotique en un acte, de Charles-Louis Cadet Gassicourt, créé sur leThéâtre des Troubadours le 14 Thermidor an 7 [1er août 1799].

Caigniez, Louis Charles (1762-1842).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique et librettiste. - Écrivit surtout des mélodrames. - Avocat.

Cailhava d’Estandoux, Jean-François (1730-1813).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique, auteur de ballets, de parades burlesques, de livrets d'opéra et de comédies. - Membre de l'Académie française (élu en 1803).

Athènes pacifiée, comédie en trois actes et en prose, tirée des onze pièces d'Aristophane, de Cailhava, non représentée.

Le Dépit amoureux, comédie en cinq actes et en vers, de Molière, retouchée par Cailhava. créée sur le Théâtre Français, rue de Louvois le 23 floréal an 11 [13 mai 1803].

L'Enlèvement de Ragotin et de Madame Bouvillon, ou le Roman comique dénoué, comédie en deux actes, de Cailhava.

Les Ménechmes grecs, comédie en prose et en 4 actes, précédée d'un prologue, de Cailhava. avec un air de Mlle Candeille, créée sur le Théâtre du Palais Royal le 13 janvier 1791.

Les Trois jumeaux vénitiens, comédie italienne en quatre actes; dialoguée en français, de A. Col[l]alto, créée sur le Théâtre Italien le 7 décembre 1773, reprise sur le Théâtre Louvois le 14 frimaire an 12 [6 décembre 1803].

[Dans le Catalogue général de la BNF, une édition du livret de 1792 donne le nom de celui (ou ceux) qui ont dialogué en français la pièce : Lefebvre de Marcouvelle ou d’Hèle et Cailhava. Ils y sont présentés comme des traducteurs.]

Ziste et Zeste ou les Importuns, folie en un acte et en vaudevilles, de Cailhava et Léger, musique de Bianchi, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 10 fructidor an 4 [27 août 1796].

Camel, Jean-Baptiste-Louis (1781-18r_).

Français.

Masculin.

Acteur et auteur dramatique.

Les Amans du Pont-aux-biches ou la Place publique, vaudeville poissard en un acte et en prose, de Jean-Baptiste-Louis Camel, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 16 octobre 1806.

Le Château d'Eau du Boulevard, cascade d'inauguration en un acte, mouillée de couplets, de Jean-Baptiste-Louis Camel, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 16 août 1811.

La Famille d'Armincourt, ou les Voleurs, tableaux de Boilly mis en action, pantomime en deux actes de Franconi jeune et Camel, musique arrangée par Lintra, créée au Cirque olympique le 30 décembre 1812.

Le Lovelace de la Halle, folie poissarde en un acte, de L. Camel, créée sur le théâtre de la Gaîté le 12 février 1809.

Monsieur Quinquina et Mademoiselle Bourache, folie-vaudeville en un acte, de Camel. Créé sur le Théâtre de la Gaîté le 4 mars 1808.

Richardini, ou les Aqueducs de Cosenza, mélodrame en trois actes, de L. de Puisaye et Camel, musique de Quaisain et Leblanc, ballet de Millot, créé sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 9 juillet 1811.

Le Solitaire forcé, ou Chacun son tour, vaudeville en un acte, de Jean-Baptiste-Louis Camel, créé sur le Théâtre de la Gaieté, 30 octobre 1806.

Camaille-Saint-Aubin, Nicolas (1770-1832).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique. - Directeur de théâtre.

Quel sort faut-il faire à « Camaille (17..-18..? ; révolutionnaire), Les Jacobins au Panthéon. (Signé : Camaille). Est-ce le même auteur ? Et est-ce du théâtre ?

L'Ami du Peuple ou les Intrigans démasqués, comédie en trois actes, en vers, de Cammaille-Saint-Aubin, créée sur le Théâtre du Palais-Variétés le 6 septembre 1793 (l'an deux de la République).

Les Chinois ou Amour et nature, pantomime dialoguée en trois actes, ornée de chants, danses, combats, tournois, évolutions, de Cammaille Saint-Aubin [et Ribié ?], musique de Banneux, ballets d'Aumer, créée pour l'ouverture du Théâtre de la Cité le 19 prairial an 8 [8 juin 1800].

Le Concert de la rue Feydeau, ou la Folie du jour, comédie en un acte, en prose, de René Périn et Cammaille. créée sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique le 15 pluviôse an 3 [3 février 1795].

L'Élève de la nature, ou le Nouveau peuple, pantomime en trois actes, Ornée de luttes, combats, évolutions et ballets, de Camaille-Saint-Aubin, musique de Raymond, ballets de Blondin, créée sur le Théâtre de la Cité le 26 brumaire an 9 [17 novembre 1800].

La Fausse mère ou Une faute de l'amour, drame en cinq actes, imitation du théâtre anglais, de Cammaille Saint-Aubin et Destival de Braban, musique de le Blanc, créé sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 16 floréal an 6 [5 mai 1798].

La Fille de l'hospice, ou la Nouvelle Antigone, mélodrame en trois actes, à grand spectacle, tiré du roman de M. Ducray-Duminil, de Cammaille Saint-Aubin, musique de Quaisin et Darondeau, ballets de Richard, créé sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 15 prairial an 13.

Ima, ou les Deux mondes, mélodrame allégorique en trois actes, à spectacle, paroles et pantomime de Cammaille St-Aubin, ballets de Ledet, musique arrangée par Dreuilh, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 5 brumaire an 11 [27 octobre 1802].

Louise ou le Théâtre, comédie en un acte en prose, de Camaille Saint-Aubin. Barba, an 9.

Marguerite ou les Voleurs, drame en un acte, épisode du Moine, roman anglais, de Camaille-Saint-Aubin, Paris, chez Barba, 1797.

Le Moine, comédie en cinq actes, mêlée de chants, danses, pantomime, imitée du roman anglais, de Camaille Saint-Aubin et Louis-François Ribié, musique de Froment, créée sur le Théâtre d’Émulation (salle Louvois) le 3 nivôse an 6 [23 décembre 1797].

Le Prince de la Néva, mélodrame, de Cammaille, musique de Quaisain et Darondeau, ballets de Millot, créé sur le Théâtre de l’Ambigu Comique le 20 juin 1809.

Séthos à Memphis, ou l'Initiation Égyptienne dans les Pyramides, drame muet en trois actes, avec apparitions, évocations et prestiges (pantomime), créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés et de la Pantomime Nationale le 3 prairial an 8 [23 mai 1800].

[Pièce attribuée à Cammaille-Saint-Aubin par Louis-Henry Lecomte.]

Campagne, Jean-Victor.

Auteur.

Le catalogue général de la BNF ne lui connaît que cette œuvre.

Caton d'Utique, tragédie en cinq actes, en vers, par Jean-Victor Campagne, citoyen françois, &c. Tragédie non représentée, 1794.

Candeille, Julie (1767-1834).

Français.

Féminin.

Compositrice, actrice, chanteuse, instrumentiste, auteur dramatique, romancière. - Fille de Pierre Candeille.

Bathilde, ou le Duo, comédie en un acte et en prose, de Mlle Candeille, créée sur le Théâtre de la République, rue de Richelieu le 18 septembre 1793.

La Bayadère, ou le François à Surate, comédie en 5 actes et en vers par la C. Candeille, créée sur le Théâtre de la République le 6 pluviôse an 3.

Catherine ou la Belle-Fermière, comédie en trois actes et en prose, mêlée de chants, paroles et musique de Julie Candeille, créée sur le Théâtre de la République le 27 novembre 1792.

Le Commissionnaire, fait historique en deux actes, en prose, de Julie Candeille, créé sur le Théâtre de la rue Feydeau, ou des Comédiens françois le 3 frimaire an 3 [23 novembre 1794].

[Date exacte incertaine : entre la fin de brumaire et le début de frimaire an 3.]

Ida, ou l’Orpheline de Berlin, comédie en deux actes, mêlée de chants, paroles et musique de Julie Candeille, créée sur le Théâtre de l'Opéra-Comique le 19 mai 1807.

Louise, ou la Réconciliation, drame en cinq actes, en prose, de Julie Candeille, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 28 messidor an 7 [16 juillet 1799] ou sur le Théâtre Français le 14 décembre 1808.

[Une seule pièce ou deux ? Comment relier les deux ?]

Cantiran de Boirie, Eugène (1785-1837).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique, librettiste. - Régisseur au théâtre de l'Odéon (1807) puis au théâtre de la Porte Saint-Martin (1822).

Voir Boirie, Eugène Cantiran de (1785-1837)L

Capelle, Pierre (1770-1851).

Français.

Masculin.

Libraire ; libraire-commissionnaire ; auteur. - Natif de Montauban, fils d'un maître ès arts et neveu du libraire montalbanais Charles Crosilhes. Enrôlé à 17 ans dans les Gardes françaises, il aurait participé le 14 juillet 1789 à la prise de la Bastille. De retour à Montauban, travaille à l'imprimerie de Vincent Teulières avant de repartir en 1791 pour Paris, où il s'établit libraire en 1798 au plus tard. Chansonnier, auteur de nombreux vaudevilles, pièces de circonstance et autres ouvrages, dont un Manuel de la typographie française (Paris, 1826). Emprisonné deux mois au Temple en 1800 après avoir publié une vie de Marie-Antoinette. Breveté libraire le 1er oct. 1812. Semble s'être retiré de la librairie en 1813 en faveur de son associé Jacques Renand. Inspecteur de la librairie de 1818 à 1830 ; nommé officiellement le 17 mars 1822 en remplacement de l'inspecteur Michel Loraux. « Dans sa 81e année » lors de son décès (oct. 1851).

Travaille en association avec Jacques Renand à partir de 1802.

Bébée et Jargon, rapsodie en un acte, en prose, mêlée de couplets, imitée de l'Opéra Médée, de Villiers et Capelle, créée sur le Théâtre Montansier le 7 germinal [28 mars 1797].

Elle et lui, ou Arlequin Amphitrion, comédie en un acte mêlée de vaudevilles, de Théaulon et Capelle, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 24 mai 1813.

Gascon et Normand, ou les Deux soubrettes, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, de Théaulon et Capelle, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 9 décembre 1815.

La Vieillesse de Fontenelle, comédie-anecdote en un acte, en prose et en vaudevilles, de Dumolard et Capelle, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 19 septembre 1814.

Carbon-Flins ou Carbon-Fleins.

Voir Carbon de Flins des Oliviers, Claude-Marie-Louis-Emmanuel (1757-1806).

Carbon de Flins des Oliviers, Claude-Marie-Louis-Emmanuel (1757-1806).

Français.

Masculin.

Littérateur, auteur dramatique.

La Jeune hôtesse, comédie en trois actes, en vers, de Carbon de Flins des Oliviers, créée sur le Théâtre de la République le 24 décembre 1791.

Le Mari directeur, ou le Déménagement du couvent, comédie en un acte et en vers libres, de Carbon de Flins de Oliviers, musique de Porro, créée sur le Théâtre de la Nation le 25 février 1791.

La Papesse Jeanne, pièce en vaudevilles, de Carbon de Flins des Oliviers, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 5 février 1793.

Le Réveil d'Epiménide à Paris, ou les Étrennes de la liberté, comédie en un acte, en vers, de Carbon de Flins des Oliviers, créée sur le Théâtre de la Nation le 1er janvier 1790.

Une notice du Catalogue général de la BNF donne comme date le 1er janvier 1789.

Carmontelle (1717-1806).

Pseudonyme de Louis Carrogis, peintre, portraitiste, architecte, paysagiste, graveur, dessinateur, comédien, auteur dramatique, metteur en scène et organisateur de fêtes. - On lui doit l'invention des transparents pour lanterne magique et l'agencement du Parc Monceau à Paris. - Travailla pour les ducs d'Orléans et de Chartres.

L'essentiel de son œuvre, antérieur à 1789, consiste en proverbes dramatiques surtout représentés en privé.

Masculin.

Français.

L’Abbé de Court-Dîner, ou Qui s'attend à l'écuelle d'autrui dîne souvent par cœur, comédie de Carmontelle, publiée dans ses Proverbes dramatiques, tome II, p. 67-95 (1768) ; à partir du 11 octobre 1790 au Théâtre des Grands Danseurs. 19 représentations jusqu’au 8 août 1792.

Variante du titre : l’Abbé de Courre-Dîner.

Carmouche.

Le Catalogue général de la BNF connaît bien un auteur de théâtre de ce nom, Pierre-Frédéric-Adolphe Carmouche (1797-1868). Peut-il être auteur à 15 ans ?

Le Poisson d'Avril, vaudeville en un acte, d’Emile [Cottenet]et Carmouche, créé sur le Théâtre des Variétés le 1er avril 1812.

Caron.

Je ne sais rien de cet auteur.

Le Vieillard amoureux, comédie en un acte & en prose, mêlée de vaudevilles, de Caron, créé sur le Théâtre des Variétés amusantes le 26 nivôse an 2 (15 janvier 1794).

Carpani, Giuseppe (1751-1825).

Italien.

Masculin

Librettiste et musicographe.

Camilla ossia il Sotteraneo, opéra (dramma seria per musica) en trois actes, de Carpani, musique de Paër, représenté à Vienne en 1801 et à l'opéra italien de Paris le 5 novembre 1804.

La Pazza per amore, ou la Folle par amour, opéra italien de Paisiello, sur un livret de Giuseppe Carpani et Giambattista Lorenzi, créé sur le Théâtre Feydeau le 3 septembre 1791.

[Titre complet de l’opéra de Paisiello : Nina o sia la Pazza per amore, créé le 25 juin 1789 à Caserta.]

Carré, P.

Auteur.

Seule œuvre que le Catalogue général de la BNF lui attribue.

Les Pêcheurs catalans, mélodrame en trois actes à grand spectacle, de Bernos et Carré, musique de Lanusse, ballets de Hullin, mise en scène de Marty, créé sur le Théâtre de la Gaieté le 16 juillet 1807.

Carrion-Nisas, Marie-Henri-François-Élisabeth de (1767-1842).

Français.

Masculin.

Homme politique, homme de lettres et auteur dramatique. – Fut maire de Montpellier, pendant la Révolution, secrétaire, puis président du Tribunat. – A été militaire sous l'Empire. – Baron de l'Empire. – A aussi traduit de l'italien en français.

Montmorenci, tragédie en 5 actes, en vers, de Carrion-Nisas, créée sur le Théâtre de la République le 12 prairial an 8 [1er juin 1800].

Pierre le Grand, tragédie en cinq actes, de M. Carrion de Nisas, créée sur le Théâtre Français de la République le 29 floréal an 12 [19 mai 1804].

Castel.

Le Prince de Catane, opéra-comique en un actes, paroles de M. Castel, musique de M. Nicolo ; créé sur le Théâtre de l'Opéra-Comique le 4 mars 1813.

[Pas d’autre œuvre connue dans le Catalogue général de la BNF.]

Casti, Giovanni Battista (1724-1803).

Italien.

Masculin.

Poète satirique. - Fut protégé par Joseph II et Catherine II de Russie. - Abbé.

La Grotte de Trophonius, opéra héroï-comique, de l’abbé Casti, traduit par Dubuisson ou par Moline, musique de Salieri, créé sur le Théâtre de Monsieur le 15 mars 1790.

Il Re Teodoro a Venezia, opéra en 2 actes, livret italien de Casti, livret français de Pierre Ulric du Buisson, musique de Paisiello, créé sur le Théâtre de Monsieur le 21 février 1789.

Cazotte, Jacques (1719-1792).

Français.

Masculin.

Auteur de nombreux contes et nouvelles utilisant les ressources du fantastique. - S'adonne aux sciences occultes à partir de 1775 environ. - Auteur prétendu de la « Prédiction (ou Vision) de Cazotte », pseudo-prophétie annonçant la Révolution, forgée a posteriori par La Harpe (1739-1803). - Père de Jacques-Scévola Cazotte (1762?-1853).

Les Sabots et le cerisier, opéra en un acte, de Cazotte et Sedaine, musique de Gossec, créé sur le Théâtre des Jeunes Élèves le 23 frimaire an 12 [15 décembre 1803].

[Peut-être la reprise des Sabots, de Sedaine, sur un livret inachevé de Cazotte, musique de Duni ?]

Cécile, A. M. (1770 ?-1804).

(ou Cicile)

Français.

Masculin.

Auteur.

Geneviève de Brabant, tragédie en 3 actes, de Cécile, créée sur le Théâtre de l’Odéon le 14 brumaire an 6 (4 novembre 1797).

Le Tasse, tragédie / drame historique en cinq actes et en vers ; de Cécile, créé(e) sur le Théâtre Français de la République le 4 thermidor an 11 [23 juillet 1803].

Chalumeau, Marie-François (1741-1818).

Français.

Masculin.

Agronome. - Parcourut l'Europe, tenta diverses expérimentations agronomiques. - Également auteur d'un drame. - Fut procureur-gérant au lycée de Bourges.

L’Adultère, drame en trois actes, en prose, de M. Chalumeau. A Paris, chez Belin, 1791.

[Pièce non représentée.]

Chambelland, Claude-François (17..-18..).

Français.

Masculin.

Homme de lettres, apologiste de la Royauté. - Actif de 1811 à 1841 d'après les notices du Catalogue général de la BNF.

La Fin de la Ligue, ou Henri IV à la Bataille de Fontaine-Française, comédie en trois actes et en prose, par M. Chambellan, créée sur le Théâtre de l’Odéon le 20 novembre 1815.

Chandezon, Léopold (17..-18..).

Utilise le pseudonyme Léopold.

Français.

Masculin.

Auteur dramatique et librettiste. - Actif entre 1806 et 1844.

L'attribution du Dernier bulletin, ou la Paix à Léopold Chandezon est assez improbable, puisqu'il aurait fait jouer cette pièce en 1806, avant qu'une autre de ses pièce n'apparaisse qu'en 1814. La Bibliothèque de Soleinne l'attribue à un certain Léopold Courtier (voir sous ce nom).

Baudouin de Jérusalem ou les Héritiers de Palestine, mélodrame en trois actes, de Boirie et Léopold Chandezon, musique de Taix et Leblanc, ballet de Hullin,créé sur le Théâtre de la Gaîté le 14 avril 1814.

Henri IV, ou la Prise de Paris, mélodrame historique en trois actes, à grand spectacle, de Boirie, Léopold [Chandezon] et Jean-Baptiste Dubois, musique de Taix et Leblanc, ballet de Hullin, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 2 mai 1814.

Jean Sans Peur, duc de Bourgogne, ou le Pont de Montereau, mélodrame en trois actes, de Boirie et Léopold [Chandezon], créé sur le Théâtre de la Porte Saint-Martin le 9 décembre 1815.

Le Mariage de Clovis ou le Berceau de la monarchie française, mélodrame en trois actes à grand spectacle, de Léopold [Chandezon], Boirie et Jean-Baptiste Dubois, musique d'Alexandre [Piccini], ballets de Hullin, créé sur le Théâtre de la Gaîté, le 16 février 1815.

La Marquise de Gange, ou les Trois Frères, mélodrame historique en trois actes et en prose, de Boirie et Léopold [Chandezon], musique de Uell, ballet de Hullin, créé sur le Théâtre de la Gaieté le 18 novembre 1815.

La Sibylle, ou la Mort et le médecin, opéra-féerie en deux actes, mêlé de chants (vaudevilles) et de danses, de Eugène [Boirie], Léopold [Chandezon] et *** [Jean-Baptiste Dubois], ballets de Hullin, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 18 janvier 1815.

Charbonnières, Antoine de (1764-1819).

Connu aussi comme Alexis de Charbonnières.

Français.

Masculin.

Auteur dramatique, poète et essayiste. - Secrétaire général de l'administration centrale du Piémont (1796-1799). - Titulaire de la Croix de Saint-Louis et de la légion d'honneur (16 avril 1807). - Président de la commission des contributions directes (en 1819).

État-civil : Girard du Rozet, Antoine Annet, dit de Charbonnières (du nom du château familial près de Saint-Pourçain dans l'Allier). - Neveu de Delille, Jacques (1738-1813).

L’Indécis, comédie en un acte en vers, de de Charbonnières, créé sur le Théâtre Français le 17 novembre 1812.

La Journée d’Austerlitz, ou la Bataille des trois empereurs, drame historique en 2 actes et en vers, de de Charbonnières, écrite entre le 25 et le 28 frimaire an 13 [16-19 décembre 1804], non représentée.

La Leçon d'une Femme, opéra comique en un acte, paroles de *** [Alexis de Charbonnières], musique de *** [Marcel Duret] ; créé sur le Théâtre de l'Opéra-Comique le 6 mai 1815.

Charlemagne, Armand (1753-1838).

Français.

Masculin.

Acteur et homme de lettres. - A été abbé et clerc de procureur.

Le DBF lui attribue plusieurs discours entre 1790 et 1794 et signés "Charlemagne fils", prononcés par Jean-Philippe-Victor Charlemagne d'après Walter et Martin.

Voir la page particulière qui lui est consacrée.

Charles, Allons voir le diable.

Voir Lafortelle Ange-Martial et Moreau de Commagny.

Charles, coauteur de Les Petits Braconniers, ou les Écoliers en vacances

Voir Héguin de Guerles, Charles.

Charles.

Sans doute un pseudonyme, mais de qui  ?

Les Femmes tyrannomanes, ou les Hommes poussés à bout, folie en un acte, de Charles et Dartois, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 7 mars 1815.

Charles C.

Le Commissionnaire de Saint Lazare ou la Journée du dix thermidor, fait historique en un acte, en prose, de Charles C. et Hapdé, créé sur le théâtre des Variétés Amusantes le 29 brumaire an trois [19 novembre 1794].

Qui peut bien être ce Charles C. ?

Charrin, Pierre-Joseph, dit Charrin fils (1784-1863).

Français.

Masculin.

A aussi traduit de l'anglais en français.

Auteur dramatique et journaliste. - Créa une société chansonnière et fonda une agence de publicité. - Fut président d'honneur du Caveau.

Abenhamet et Zoraïde ou les Amans de Grenade, mélodrame en trois actes, de P.-J. Charrin, théâtre des Nouveaux Troubadours, 1806.

Amour, honneur et devoir, ou le Rapt, mélodrame en trois actes, en prose et à grand spectacle, imité du théâtre espagnol de Calderon, de P.-J. Charrin, musique de Quaisain et Renat fils, ballet de Millot,créé sur le Théâtre de l' Ambigu-Comique le 25 mai 1815.

Les Deux forteresses, mélodrame en trois actes, en prose et à grand spectacle, de P.-J. Charrin fils et A. Bernos, créé sur le Théâtre de Ambigu-Comique le 27 novembre 1806.

Elle est à moi, comédie en un acte et en prose, de P.-J. Charrin, créée à Paris, sur un théâtre de société, les 2 et 7 nivôse an 13 [23 et 28 décembre 1804] et sur le Théâtre des Jeunes artistes, 11 mai 1807.

La Fille-tambour, scène en 3 parties, à grand spectacle, de Frédéric [Dupetit-Méré] et Ch***** [P.-J. Charrin], musique de Foignet fils, créée sur le Théâtre des Jeux forains, salle Montansier, 1er octobre 1811.

La Forêt d'Édimbourg, ou les Écossais, mélodrame en trois actes, en prose et à grand spectacle, de Charrin fils et Frédéric [Dupetit-Méré], musique de Taix, ballets d'Adam, créé sur le Théâtre de la Gaîté, 6 août 1806.

La Forteresse de Riotercero, ou les Espagnols au Paraguay, mélodrame historique en trois actes et en prose, de P.-J. Charrin fils, créé sur le Théâtre des Nouveaux Troubadours le 31 mars 1806.

La Jardinière de Vincennes, comédie-vaudeville de vingt scènes, de P.-J. Charrin, créée sur le Théâtre des Troubadours le 8 mars 1807.

Le Lever de rideau ou le Régisseur embarrassé, impromptu vaudeville en un acte en prose, de P. J. C., représenté pour la première fois à Paris le 15 mai 1811.

Le Lion parlant, mélodrame-féerie-vaudeville en trois actes, à grand spectacle, de P.-J. Charrin et Lapôtre, musique de Moniot et Belin, créé sur le Théâtre des Nouveaux Troubadours le 2 juin 1806

L'Ours blanc, ou Arlequin fine-oreille, mélodrame-féerie-vaudeville, en trois actes, à grand spectacle, orné de jeux et de changemens à vue, de costumes et de décors, etc. etc., de P.-J. Charrin fils, musique de Lempereur et Belin, élève du Conservatoire impérial, représenté, pour la première fois, à Paris, sur le théâtre des Nouveaux-Troubadours le samedi 20 septembre 1806.

Le Père avare, ou la Lettre perdue, vaudeville en un acte et en prose, de P.-J. Charrin fils et *** [C. Jalabert], créé sur le Théâtre des Nouveaux Troubadours, le 21 avril 1806.

Le Pied de bœuf et la queue de chat, mélodrame-féerie-comique en trois actes, en prose, de P.-J. Charrin fils et Maxime de Redon, musique de Bianchi, ballets de Robilllon jeune, créé sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 9 juin 1807.

Le Rappel des dieux, ou le Conseil céleste, scènes héroïques en vers à l'occasion de la naissance de S. M. le Roi de Rome, de J. Dusaulchoy et P.-J. Charrin, 1811. Pièce non représentée.

Le Roi de trèfle et le roi de pique, ou le Rêveur, imitation burlesque du Triomphe de David [de Caigniez], mélodrame en un acte et en prose, de Pierre-Joseph Charrin et Alexandre Bernos, créé sur le Théâtre des Nouveaux Troubadours le 22 décembre 1805.

Titus, ou Savonette et Toupet, ou la Mort de Peignoir, ou le Repentir de Lahuppe, ou les Perruquiers, petite tragédie sans prose, en 5854 pieds, sérieuse si l'on veut, mêlée de pensées et vers de Voltaire, de P.-J. Charrin fils, créée sur le Théâtre des Troubadours, 12 mai 1806.

Coauteur proposé : Bourg, Edme-Théodore, dit Saint-Edme.

Chastenet, Antoine-Hyacinthe-Anne (1752-1809).

Voir Puységur, Antoine-Hyacinthe-Anne de Chastenet de (1752-1809).

Chastenet, Armand-Marc Jacques de (1751-1825).

Voir Puységur, Amand Marc Jacques de Chastenet (1751-1825 ; marquis de).

Châteauneuf, Agricol-Hippolyte de Lapierre de (1765-1842).

Voir Lapierre de Châteauneuf, Agricol-Hippolyte de (1765-1842).

Chateauvieux, Armand-François-R.-C.-L (17..-18..).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique.

Arlequin auteur et Gilles musicien, folie en un acte et prose, mêlée de vaudevilles, de Chateauvieux, créée sur le Théâtre d'Émulation le 14 Prairial an 7 (2 juin 1799).

D'après le Dictionnaire universel du Théâtre de Goizel (tome 1, p. 184), l'auteur est Legris, dit Chateauvieux. Y aurait-il deux Chateauvieux ?

L'Assemblée électorale à Cythère, intermède en un acte mêlé de vaudevilles, de Delanoë [Jules-Julien-Gabriel Berthevin] et Armand-François-R.-C.-L. Chateauvieux, créé sur le Théâtre de la Cité le 3 floréal an 5 [22 avril 1797].

Delanoë est le pseudonyme de Jules-Julien-Gabriel Berthevin.

Les Aveugles de Franconville, opéra en un acte, d'Armand Croizette et Chateauvieux, musique de Lebrun, créé sur le Théâtre Montansier-Variétés le 9 floréal, an 10 [29 avril 1802].

Clémence et Formose, mélodrame en trois actes, d'Armand Croisette et Chateauvieux. Créé sur le Théâtre de la Gaîté le 23 fructidor an 7 [9 septembre 1799].

La Dame invisible, vaudeville en un acte, de Jardinet ou Chateauvieux, créé sur le Théâtre Montansier-Variétés le 18 germinal an 8 [8 avril 1800].

[Pièce attribuée à Chateauvieux dans le Portefeuille français Pour l'An IX (1801), deuxième année, p. 258-259.]

Le Délire de Jobet, imitation du Délire ; extravagance en un acte, mêlée de vaudevilles, d’Hector Chaussier et de Chateauvieux, créée sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 23 pluviôse an 8 [12 février 1800].

Edouard et Sophie, ou le Tribunal nocturne, pièce à spectacle en 3 actes. de Chateauvieux et ***, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 19 brumaire an 8 [10 novembre 1799].

[Coauteur inconnu, le même que celui de Nono et Ninie.]

Maria, ou la Forêt de Limberg, pantomime en trois actes, à grand spectacle, d’Hector Chaussier, Armand [Croizette], Chateauvieux et Fleureau de Ligny, ballets de Richard, créé sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 9 messidor an 8 [28 juin 1800].

On peut difficilement penser que l'Armand indiqué comme coauteur dans la brochure de Maria, ou la Forêt de Limberg, est Armand Overnay (1799-1869) et il vaut mieux l'attribuer à Armand Croizette.

Le Masque tombé, ou le Bal de l'Opéra, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, d'Armand [Croizette], Chateauvieux et Bonel, créée sur le Théâtre de Molière le 20 nivôse an 9 [10 janvier 1801].

Nono et Ninie, parodie, en vaudevilles, de Montano et Stéphanie, de Armand-François-R.-C.-L. Châteauvieux, créé sur le Théâtre d'Émulation (Théâtre de la Gaîté) le 14 Floréal an 7 [3 mai 1799].

[Il doit y avoir un coauteur dont on ne sait rien.]

La Nouvelle pupille, bluette allégorique en un acte, d'Armand-François Chateauvieux et Hector Chaussier, et Armand Croizette, créée sur le théâtre de la Gaîté le 19 novembre 1799.

Rien, ou Peu de chose, arlequinade-folie, vaudevilles, travestissement, parodie d'Adrien, à grand spectacle, de Chateauvieux et Compagnie, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 13 Messidor an 7 [1er juillet 1799].

[Qui se cache sous le mot « Compagnie » ?]

Rozelli, ou le Crime et la Vertu, [mélo]drame en trois actes, en prose, de Saint-Victor et Châteauvieux, créé sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 19 Messidor an 7 [7 juillet 1799].

Un trait d'Helvétius, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, d'Hector Chaussier, Chateauvieux et Bonel, créé sur le Théâtre de Molière le 12 vendémiaire an 9 [4 octobre 1800].

Chatillon.

Le catalogue général de la BNF le connaît comme coauteur de la Maison des fous, seule œuvre dont il est crédité, et ne dit rien de lui.

La Maison des Fous, comédie en un acte, en prose, mêlée de vaudevilles, de Ravrio et Chatillon, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 2 floréal an 9 [22 avril 1801].

Chaussier, Hector (1775 ?-18..).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique, vaudevilliste et médecin. - Fils du médecin Chaussier, François (1746-1828). - Fondateur de l’Ami des arts.

Ah ! ah ! c’est inconcevable, drame comique, mêlé de chants, danses, féeries, combats, etc., parodie de C’est le diable, ou la Bohémienne, [pantomime de J.-G.-A. Cuvelier, musique arrangée par Othon Vander Brock, ballets de la composition de Richard] d'Hector Chaussier et Rousseau, créé sur le Théâtre d’Emulation le 16 frimaire an 6 [6 décembre 1797].

L'Amour et la paix, vaudeville en un acte, d'Hector Chaussier et Bizet, ballet de Richard, créé sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 23 floréal an 5 [12 mai 1797].

Anacréon à Surêne, hilarodie en trois actes d'Anacréon chez Polycrate, d'Hector Chaussier et Bizet, créée sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 23 ventôse an 5 [23 mars 1797].

Bah ! C'est singulier, parodie de C'est le diable ou la Bohémienne [de J.-G.-A. Cuvelier, musique arrangée par Othon Vander Brock, ballets de la composition de Richard], de Périn et Hector Chaussier, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 16 frimaire an 6 [6 décembre 1797].

Le Concert de la rue Feydeau, ou l'Agrément du jour, vaudeville en un acte, de Chaussier et Martinville. créé sur le Théâtre des Variétés, Maison Égalité le premier ventose an 3 [19 février 1795].

Le Délire de Jobet, imitation du Délire ; extravagance en un acte, mêlée de vaudevilles, d’Hector Chaussier et de Chateauvieux, créée sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 23 pluviôse an 8 [12 février 1800].

Les Diableries ou Gilles hermite, hilarodie en trois actes, à grand spectacle mêlée de pantomimes, danses et travestissement ; précédée du Comité de Lucifer, prologue en un acte, d’Hector Chaussier et Bizet, créée sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique le 7 pluviôse an 5 [26 janvier 1797].

La pièce parodiée est les Tentations, ou Tous les Diables, de Cuvelier de Trie.

La Double surprise, comédie en un acte, mêlée de chants, d'Hector Chaussier, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 21 germinal an 5 [10 avril 1797].

L'Égyptien à Paris, de Chaussier et Lafortelle, créé sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 23 nivôse an 8 [13 janvier 1800].

Les Jacobins aux enfers, vaudeville en un acte, d'Hector Chaussier, créé sur le Théâtre des Variétés Amusantes le 2 germinal, an 3.

Maria, ou la Forêt de Limberg, pantomime en trois actes, à grand spectacle, d’Hector Chaussier, Armand [Croizette], Chateauvieux et Fleureau de Ligny, ballets de Richard, créé sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 9 messidor an 8 [28 juin 1800].

On peut difficilement penser que l'Armand indiqué comme coauteur dans la brochure de Maria, ou la Forêt de Limberg, est Armand Overnay (1799-1869) et il vaut mieux l'attribuer à Armand Croizette.

La Nouvelle pupille, bluette allégorique en un acte, d'Armand-François Chateauvieux et Hector Chaussier, et Armand Croizette, créée sur le théâtre de la Gaîté le 19 novembre 1799.

Les Oiseaux d'Idalie, folie en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles, d'Hector Chaussier et Bizet, créé sur le Théâtre de Louvois, 4 fructidor an 6.

Le Parachute, comédie-parade en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles, d'Hector Chaussier et Hapdé, créé sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 21 brumaire an 6 [11 novembre 1797].

Paris en miniature, bluette épisodique en vaudeville, en 8 actes, de Bizet et Hector Chaussier, créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés et de la Pantomime Nationale le 4 vendémiaire an 8 [26 septembre 1799].

Les Prestiges ou Amire et Sohi, mélo-drame féerie en 4 actes, d'Hector Chaussier, musique arrangée par J. J. Dreuilh, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 12 frimaire an 10 [3 décembre 1801].

Le Tombeau de Turenne, ou l’Armée du Rhin à Saspach, fait historique en un acte à grand spectacle, mêlé de vaudevilles, de Bouilly, Chaussier et Cuvelier de Trie, créé sur le Théâtre de la Cité Variétés, et de la Pantomime nationale le 19 Nivôse an 7 [8 janvier 1799].

Un et un font onze, vaudeville épisodique en un acte, de Villiers et Chaussier, musique arrangée par Dreuilh, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 9 Thermidor an 2 [27 juillet 1794].

Un trait d'Helvétius, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, d'Hector Chaussier, Chateauvieux et Bonel, créé sur le Théâtre de Molière, 12 vendémiaire an 9 [4 octobre 1800].

La Vielleuse du boulevard, mélodrame en trois actes, d'Hector Chaussier, musique de Quaisain, ballets de Richard, créé sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 9 thermidor an 11.

Chazel père.

Auteur. Artiste du Théâtre des Amis des Arts et des Élèves de l'Opéra-Comique.

Il existe un Chazel fils, acteur (1793-1834). Est-ce le fils de notre Chazel auteur et acteur ?

Les Amans siciliens, comédie en deux actes et en prose de Chazel ou Loaisel de Tréogate, créée sur le Théâtre des Amis des Arts et des Élèves de l'Opéra-Comique le 30 nivôse an 7 [19 janvier 1799].

[Sous-titre, les Apparences trompeuses ?]

[Voilà une pièce qui pose problème. Est-elle de Chazel ? de Loaisel de Tréogate ? les deux ? Une seule pièce ou deux pièces ? Je ne sais pas trancher...]

L'Auberge allemande, ou le Traître puni, comédie en cinq actes et en vers, imitée de l'allemand, de *** [Dorvo] et Chazel père, créée sur le Théâtre des Amis des Arts et des Élèves de l'Opéra-Comique le 1er Pluviôse an 7 [20 janvier 1799].

Chazet, Polydore Balthazar Alissan de Chazet, dit René de (1774-1844)

Pseudonyme commun avec Jean-Baptiste Dubois, Saint-Rémy ou Saint-Rémi.

Français.

Masculin.

Homme de lettres. - Écrivit surtout du théâtre, mais aussi des recueils de vers, des romans et des récits pseudo-historiques.

[Fils d’un payeur de rentes, parent de l’ambassadeur de Naples, Mackau, il l’accompagne en Italie (1792) et ne regagne la France qu’en 1797. Il collabore alors à de nombreux journaux et se fait connaître par ses nombreuses pièces, dont beaucoup en collaboration avec Charles-Augustin Sewrin, qui furent représentées dans les plus grands théâtres parisiens du XIXe siècle : Théâtre des Variétés, Comédie-Française, Théâtre du Palais-Royal, Théâtre du Vaudeville etc.

Il concourt en 1808 à l’Académie française et obtient le premier accessit avec son Éloge de Pierre Corneille. En 1814, il est pensionné par Louis XVIII, fait chevalier de la Légion d’honneur et est nommé bibliothécaire du Roi puis receveur des finances, poste qu’il perd en 1830.

Site Théâtre-documentation]

Voir la page particulière qui lui est consacrée.

Chedonneau

Inconnu du catalogue général de la BNF.

Adèle et Fulbert. opéra en un acte, du citoyen Cheraneau, musique de Darondeau, créée sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique le 17 floréal an 8 [7 mai 1800].

A.-J.Chénier, Marie-Joseph de (1764-1811).

Français.

Masculin.

Membre de la Convention, du Conseil des Cinq Cents et du Tribunat. - Auteur de tragédies et parolier de nombreux chants révolutionnaires, notamment du "Chant du départ". - Membre de l'Académie française (1803). - Frère d'André Chénier.

J'emprunte à Thibaut Julian deux documents concernant l'activité de Chénier comme auteur dramatique, publiés dans « l’Ambivalence de la référence antique pour la tragédie nationale au XVIIIe siècle » dans les Arts du spectacle et la référence antique dans le théâtre européen (1760- 1830), M. Fazio, P. Frantz et V. De Santis (dir.), Classiques Garnier, 2018 :

Classement thématique des pièces de Chénier suivant leur ordre de parution

Tragédies à sujet antique

Tragédies à sujet moderne

(Œdipe mourant – 1785, jamais jouée)

 

(Brutus et Cassius ou les Derniers Romains, 1784-86, non représentée mais conservée)

(Henriette d’Aquitaine - 1784, non jouée, perdue)

(Azémire – 1786 ; reniée par l’auteur)





Caïus Gracchus (1792, pièce-modèle sous la Terreur)

 


 

Timoléon (1794, pièce censurée par la Terreur)

Charles IX ou l’École des Rois (1789)

Henri VIII (avril 1791)

Calas ou l’École des juges (juillet 1791)


 


 

Fénelon ou les Religieuses de Cambrai (1793)


 

Cyrus (1804, une seule représentation)

(Œdipe à Colonne – 1805, jamais représentée)

Tibère (années 1800, création posthume en 1843)

(Philippe II – 1801, censurée)


 

Nombre de représentations des pièces de Chénier dans les théâtres parisiens durant la décennie révolutionnaire

Les chiffres de représentations combinent les données d'A. Tissier, Les Spectacles à Paris pendant la Révolution : répertoire analytique, chronologique et bibliographique, t. I et II, Genève, Droz, 1992-2002 et à partir de 1796, celles de la base César, dont la fiabilité est inférieure à celles fournies par A. Tissier.

Année/ pièce

1789

1790

1791

1792

1793

1794

1795

1796

1797

1798

1799

Charles IX

22

15

18

18

2

0

0

0

4

1

10

Henry VIII

-

-

20

1

0

0

0

0

0

0

0

Jean Calas

-

-

4

3

0

0

0

8

0

0

3

Caïus Gracchus

-

-

-

22

4

0

2

1

0

0

0

Fénelon

-

-

-

-

38

4

42

35

8

10

7

Timoléon

-

-

-

-

-

2

1

1

0

0

0


 

Brutus et Cassius ou les Derniers Romains, tragédie en trois actes de Marie-Joseph Chénier, 1790 (non représentée). Texte publié dans le tome 1 des Œuvres posthumes de M. J. Chénier (Paris, 1824), p. 183-245.

Caïus-Gracchus, tragédie en trois actes, par Marie-Joseph Chénier., créée sur le Théâtre de la République le 9 février 1792.

Calas, ou l'École des juges, tragédie en cinq actes, de Marie-Joseph Chénier, créée sur le Théâtre Français le 7 juillet 1791.

Charles IX ou l'École des Rois, tragédie en cinq actes et en vers, de Marie-Joseph de Chénier, créée sur le Théâtre François le 4 novembre 1789.

Cyrus, tragédie en cinq actes, de Marie-Joseph Chénier ; créée sur le Théâtre Français le 17 frimaire an 13 [8 décembre 1804].

Palinodie. Extraits de Cyrus, tragédie de Chénier, justement tombée le 17 frimaire an 13. Extrait du Courrier du journal des théâtres, 18 frimaire an 13, et du Moniteur, 19 frimaire an 13

Fénelon ou les Religieuses de Cambray, tragédie en cinq actes, de Marie-Joseph Chénier, créée sur le Théâtre de la République le 9 février 1793.

Henri VIII, tragédie en cinq actes, de Marie-Joseph Chénier, créée sur le Théâtre de la République le 27 avril 1791.

Tibère, tragédie de Marie-Joseph Chénier, avec une analyse de cette pièce, de Népomucène Lemercier (Premier Théâtre-Français, le [ ] décembre 1819.)

Timoléon, tragédie en trois actes et en vers, avec des chœurs, de Marie-Joseph Chénier, musique de Méhul, créée sur le Théâtre de la République le 25 Fructidor an 2 [11 septembre 1794].

Elle est « précédée d'une ode sur la situation de la République durant l'oligarchie de Robespierre et de ses complices ».

Le Triomphe de la République ou le Camp de Grand-Pré, divertissement en un acte, de Marie-Joseph Chénier, musique de Gossec, ballet de Gardel, créé à l’Opéra national le 9 pluviôse an 1 [27 janvier 1793].

Le Théâtre posthume de Marie-Joseph Chénier, publié en 1824, comprend entre autres une tragédie intitulée Philippe II. Elle aurait été reçue au Théâtre Français plus de vingt ans avant sa publication, et n'aurait pas pu être jouée pour des raisons politiques.

Chéron, François (1764-1828).

Français.

Masculin.

Journaliste et publiciste.

Duhautcours, ou le Contrat d'union, comédie en cinq actes et en prose, de Picard et C.... créée sur le Théâtre français rue de Louvois le 18 Thermidor an 9 [6 août 1801].

[Le catalogue général de la BNF fait de François Chéron le coauteur de la pièce.]

Chéron de La Bruyère, Louis-Claude (1758-1807).

Français.

Masculin.

Homme politique. Préfet de la Vienne (1805). - Auteur de comédies.

L’Auteur et le Critique, comédie en un acte et en vers, de Louis-Claude Chéron de la Bruyère, créée sur le Théâtre Français le 13 décembre 1811.

Caton d'Utique, Tragédie en trois actes en vers, imitée d'Adisson, par M. Ch. de B. Paris, tragédie non représentée (Théâtre François), 1789.

[Ch. de B., c’est Chéron de La Bruyère, et il pourrait n’être que le traducteur de la pièce anglaise de Joseph Addison (1672-1719), Cato (1712).

Le Catalogue général de la BNF signale une édition en 1784, dont le lieu de publication n'est pas précisé.]

Les Deux espiègles, comédie vaudeville en un acte par M. ***, représentée pour la première fois sur le théâtre du Vaudeville, le 8 janvier 1810.

Attribué à

  • J. F. Roger et Creuzé de Lesser d'après Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes (d'après le Catalogue général de la BNF),

  • Chéron de La Bruyère et Bellin de La Liborlière d'après la bibliothèque de Soleinne et Charles Beaumont Wicks, The Parisian stage : alphabetical indexes of plays and authors, première partie, p. 19.

L’Homme à sentimens, comédie en cinq actes, en vers, de Louis Claude Chéron, créée sur le Théâtre Italien le 10 mars 1789.

[Première apparition de ce qui sera l’Homme à sentimens ou le Moraliseur en 1800, le Tartuffe de Mœurs, ou le Moraliseur en 1801 et l’Homme à sentimens ou le Tartuffe de mœurs en 1805.]

Valsain et Florville, comédie en trois actes et en vers, de *** [Chéron de La Bruyère], créée sur le Théâtre de l’Odéon (Théâtre Louvois) le 14 frimaire an 10 [5 décembre 1801].

[Remise en trois actes de l’Homme à sentimens.]

Cicile, A. M.

Voir Cécile, A. M.

Cizos-Duplessis, François (1755-1828 ?).

Français.

Masculin

Poète et auteur dramatique. Avocat ; assura un cours privé d'éloquence "de la chaire et du barreau" à Toulouse de 1806 à 1819/1820.S'associa à l'actrice Virginie Gautherot, Mlle Villeneuve, épouse de Nicolas-Léonard Bogée et emprunta son nom pour faire imprimer et jouer ses pièces (https://www.idref.fr/034493840).

L'Assemblée au Parnasse, espèce de comédie allégorique en trois actes, dialoguée et pantomime, en prose et en vers, mêlée de musique, représentée sur plusieurs théâtres, de François Cizos-Duplessis.

Ni date, ni lieu de représentation.

Les Crimes de la noblesse, ou le Régime féodal, pièce en cinq actes, en prose, à grand spectacle, de la citoyenne Villeneuve [François Cizos-Duplessis], créée sur le Théâtre de Molière, rue Saint-Martin le 2 nivôse an 2 [22 décembre 1793].

La Folie de Jérôme Pointu, ou le Procureur devenu fou, comédie en deux actes, de la citoyenne Villeneuve [François Cizos-Duplessis], créée sur le Théâtre du Lycée des Arts le 5 fructidor an 2 [22 août 1794].

Le Mari coupable, comédie, de la C. Villeneuve [François Cizos-Duplessis], créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés le 4e jour supplémentaire, an 2 [20 septembre 1794].

La Mère de famille, comédie en cinq actes, en prose, de Cizos-Duplessis, créée sur le Théâtre du Palais-Royal le 14 mars 1791.

Les Peuples et les rois, tels qu'ils étoient, ou le Tribunal de la raison, pièce en 5 actes, de Duplessis, créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés le 23 germinal an 2 [12 avril 1794].

Plus de bâtards en France, comédie en trois actes, en prose ; par la citoyenne Villeneuve [François Cizos-Duplessis], créée sur le Théâtre de la Cité le 4 Floréal an 3 [23 avril 1795].

Le Procès, comédie en 3 actes et en prose, de Cizos-Duplessis, créée sur le Théâtre de Monsieur le 8 juillet 1789. [Base César : les Procès.]

Quelques scènes françaises, avec allégories, pantomimes, danses et chœurs,de Cizos-Duplessis. Publication : Paris : impr. de Cordier, 1804.

Je ne sais rien de ces « quelques scènes françaises », si ce n'est qu'elles ont été réunies en recueil et publiées en 1804..

Brochure rangée par la Bibliothèque dramatique de Monsieur de Soleinne, tome 3, p. 58, n° 3177 (« Pièces de théâtre, dites de circonstances, relatives à Napoléon ».

D'après la Table des matières, des noms de lieux et des noms de personnes contenus dans les Procès-verbaux du Corps législatif (1806), p. 39, « CIZOS, ex-membre du tribunal criminel du département de la Gironde, présente ouvrage dramatique, ayant pour titre : Quelques scènes françaises avec allégorie, etc. Dépôt à la Bibl. Trib. 8 Niv., p. 7 ».

Ce dépôt a eu lieu le 8 nivôse an 13 [29 décembre 1804].

Le Véritable ami des loix, ou le Républicain à l’épreuve, comédie en prose & en quatre actes, de la citoyenne Villeneuve [François Cizos-Duplessis], créée sur le Théâtre des Sans-Culottes, ci-devant Molière en octobre 1793.

Les Véritables honnêtes gens, comédie, de François Cizos-Duplessis la citoyenne Villeneuve [François Cizos-Duplessis], créée sur le Théâtre de la République le 29 vendémiaire an 6 [20 octobre 1797].

Claparède (17..-après 1816).

Français.

Masculin.

L'Auteur malgré lui, ou la Pièce tombée, opéra-comique en un acte, de Claparède, musique de Jadin ; créé sur le Théâtre de l'Opéra-Comique le 16 mai 1812.

Emeric ou les Hongrois, opéra-héroïque, de Claparède (compositeur ?), créé au Grand Théâtre de St Pétersbourg, le 4 février 1807 et au Palais de l'Hermitage, le 21 février 1807.

Les Foux hollandais ou l'Amour aux petites maisons, comédie en deux actes, de Bignon et Claparède, créée sur le Théâtre de la Cité le 13 brumaire an 9 [4 novembre 1800].

La Jeune Femme colère, opéra-comique en un acte, d'Étienne et Claparède, musique de. Boyeldieu, créé sur le Théâtre de l'Opéra-Comique le 12 octobre 1812.

Représentée pour la 1ère fois à Saint Petersbourg au théâtre de l'Hermitage le 18 avril 1805

Clément (17..-18.. ; auteur de mélodrames)

Français.

Masculin.

Auteur de mélodrames. Le même que Clément *** ?

Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, mélodrame héroïque en trois actes et en prose, de Coffin-Rony et Clément, musique de Leblanc, ballets d'Adam, créé sur le Théâtre de la Gaîté, le 19 pluviôse an 12 [9 février 1804].

Clément ***.

Auteur non identifié. Le catalogue général de la BNF fait deux auteurs distincts de ce mystérieux Clément.

La Caverne de Souabe, mélodrame en trois actes, en prose et à grand spectacle, de Boirie et Clément, musique de Heudier, ballet de madame Adam,créé sur le Théâtre des Jeunes Artistes, le 27 octobre 1806.

Le Danseur éternel, ou la Tarentule, vaudeville-ballet, par M. Clément ***, créé sur le Théâtre de l’Ambigu Comique le 26 septembre 1809.

Clinchamp, Antoine-Jean de (1738 ?-1793).

Auteur possible de la Mort de Louis XVI (1793), également attribué à Étienne Aignan, à Jules-Julien-Gabriel Berthevin, à Antoine Barthez de Marmorières

Clonard, Joseph Ernest Sutton de (1785-1816).

Utilise le pseudonyme Ernest.

Français.

Masculin.

Vaudevilliste.

Amour, folie et beaux arts, comédie-vaudeville en un acte et en prose par J. Ernest [Joseph Ernest Sutton de Clonard], créée sur le Théâtre de la Porte Saint Martin le 1er mai 1812.

Croutinet, ou le Salon de Montargis, caricature en un acte et en vaudevilles, de Joseph Ernest Clonard, créée le 7 vendémiaire an 11 [28 septembre 1802].

L'Épingle et la rose, ou les Talismans d'amour, comédie-vaudeville en un acte et en prose, de Clonard, créée à Bordeaux, sur le Théâtre de la Gaîté le 19 juillet 1807.

Les Époux de quinze ans, comédie en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles, de Clonard, créée à Bordeaux, sur le Théâtre de la Gaîté le 22 mai 1807, le 21 août 1808 à Lyon, le 14 mai 1812 à Paris, sur le Théâtre des Variétés le 14 mai 1812.

Les Faux maris, ou le Danger des épreuves, comédie en un acte et en prose, de Joseph Clonard, créée à Bordeaux sur le Théâtre de la Gaîté le 5 mars 1807.

Frontin tout seul ou le Valet dans la malle, scène-folie en vaudevilles, de Joseph Ernest Clonard, créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés, 24 frimaire an 11.

L'Ivrogne et sa femme, comédie-parade en un acte, mêlée de vaudevilles, d'Ernest [de Clonard] et Armand [Croizette], créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés le11 frimaire an 11 [2 décembre 1802].

Jean Baptiste Rousseau, ou le Retour à la piété filiale, vaudeville en un acte d’Eugène [de Clonard] et F. Bourguignon, créé sur le Théâtre du Vaudeville le 6 ventôse an 11 [25 février 1803].

Monsieur Botte ou le Négociant anglais, comédie en trois actes et en prose, de Servières et Ernest [de Clonard], créée sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 24 ventôse an 11 [15 mars 1803].

Nicaise tout seul, ou Pas si bête, monologue bouffon, en 1 acte, mêlé de vaudevilles, de Joseph-Ernest de Clonard, jouée pour les première fois sur le Théâtre des Jeunes-Artistes, 24, 28, 29 et 30 messidor an 10.

Nous allons le voir ou la Répétition générale d'une grande fête, hommage impromptu en six scènes pour l'arrivée de S. M. l'Empereur, de J. Ernest de Clonard, musique de Dauprat, représenté sur le Grand Théâtre de Bordeaux.

Une fête de village ou Des bienfaits pour tout le monde, divertissement-impromptu en un acte et en vaudevilles, de Joseph-Ernest de Clonard, créé à Bordeaux le 23 avril 1810.

La Ville au village, vaudeville en un acte, d'Ernest [Clonard], créé sur le Théâtre de la Gaieté le 22 juillet 1809.

Certains suggèrent que ce pseudonyme pourrait être aussi celui de François-Joseph Grille.

Le Magasin encyclopédique, année 1806, tome II, p. 395, publie la nécrologie de J. Ernest Clonard p. 395 :

J. Ernest Clonard, plus fréquemment appelé Ernest, mort en Janvier 1816, à l'âge de trente ans (dit le Journal de Paris du 28 Janvier 1816), est auteur des pièces dont voici les titres :

(Avec....) Amour, Folie et Beaux-Arts, vaudeville ; (avec Fr. Bourguignon) J. B. Rousseau, ou le Retour à la Piété filiale ; Bayard et son Ecuyer, vaudeville ; le Conseiller mystérieux, mélodrame ; Croutinet, ou le Salon de Montargis, vaudeville ; (avec ..) Encore un Tuteur, ou les Faux Parens, opéra ; l'Epingle et la Rose, vaudeville ; les Epoux de quinze ans, vaudeville ; l'Etourdie et la Coquette, vaudeville ; la Famille de Lanceval, ou le Mari mendiant, vaudeville; les Faux Maris, ou le Danger des Epreuves, comédie ; Frontin tout seul, ou le Valet dans la malle, vaudeville ; (avec Henrion) Galathée, opéra ; l'Ivrogne et sa Femme, vaudeville ; (avec....) Mille francs à gagner, ou la Fille perdue, vaudeville ; (avec Servières) M. Botte, ou le Négociant anglois, comédie en trois actes, imitée du Roman de Pigault-Lebrun ; Nicaise tout seul, ou Pas si béte, vaudeville ; l'Oncle aux arrêts, ou Assaut d'Espiégleries, vaudeville ; le Petit Tambour, vaudeville ; le Rêve d'un vieux Soldat, vaudeville ; le Soupçonneux, comédie ; le Valet à la porte, vaudeville ; la Ville au Village, vaudeville.

Si on croit la Bibliothèque dramatique de monsieur de Soleinne, tome 2, p. 276, toutes n'ont pas été imprimées.

Coffin-Rony, André-Jacques (17..-18..).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique et historien.

Affrico et Menzola, mélodrame dialogué en trois actes, paroles de Coffin-Rony, musique de Blasius, créé sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique le 10 mars 1798.

Amanda, mélodrame en trois actes, à grand spectacle, de Hinaux et Coffin-Rony, musique de Quaisain et Darondeau, ballets d'Eugène Hus, créé sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique le 12 thermidor an 13 [31 juillet 1805].

Amour et Coquetterie, comédie en un acte et en prose, mêlée de chants, de Coffin-Rony, musique de Bianchi, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 7 janvier 1806.

Clémence d'Entragues, mélodrame à grand spectacle, en 3 actes, de Coffin-Rony, musique de Taix, ballets de Hullin, créé sur le Théâtre de la Gaieté le 7 juillet 1810.

Élisa, ou le Triomphe des femmes, mélodrame en trois actes, de Coffin-Rony, musique de Leblanc, créé sur le Théâtre de la Gaîté le 28 prairial an 10 [17 juin 1802].

Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, mélodrame héroïque en trois actes et en prose, de Coffin-Rony et Clément, musique de Leblanc, ballets d'Adam, créé sur le Théâtre de la Gaîté, le 19 pluviôse an 12 [9 février 1804].

Le Nain jaune, ou la Fée du désert, mélodrame féerie en 3 actes et en prose, à grand spectacle, de J.-G.-A. Cuvelier et Coffin-Rony, musique de Moranges, ballets d'Adam, créé à Paris sur le Théâtre de la Gaîté le 27 nivôse an 12.

Le Point d'honneur, ou l'Empire des Graces et de la Constance, comédie en un acte, en prose, mêlée de chant, de Coffin Rony, musique de Dreuilh, créée sur le Théâtre de la Gaieté le 14 brumaire an 11 [5 novembre 1802].

Les Ruines de Sainte-Marguerite, ou le Solitaire, mélodrame en trois actes, de Coffin-Rony, musique de Moranges, créé sur le Théâtre des Jeunes Artistes,le 23 janvier 1806.

Le Trente et Un, ou la Joueuse corrigée, comédie en trois actes et en prose, d’André-Jacques Coffin-Rony, créée sur le Théâtre d'Émulation le 17 septembre 1791.

Annuaire dramatique, quatorzième année (1816),, p. 236-238 :

[à compléter avec la Biographie universelle et portative des contemporains;, Volume 1, p. 1156.]

Coffin-Rony (André-Jacques), est mort à la Guadeloupe, le 5 oct. 1816, économe de l'hôpital de la Basse-Terre. Au commencement du même mois, il avait été nommé à Paris, directeur de ce même hôpital. Il a été, il y a 15 ans, quelque temps directeur du théâtre de la Gaîté. C'est lui qui, le 19 mars 1814, tira d'une maison sise rue Neuve des Mathurins, par une fenêtre donnant rue de l'Arcade, un coup de fusil à madame de Bassano, laquelle habitait la jolie maison située rue de la Madeleine, au milieu des chantiers. Madame la duchesse eut la grandeur d'ame de ne donner aucune suite à cette affaire. On confond souvent Coffin-Rony avec M. Joseph Rosny ; mais ce dernier a publié beaucoup de romans et n'est auteur d'aucune pièce de théâtre, Adonis ou le Bon nègre, mél. 4 a. joué à l'Ambigu au mois de fructidor an 6, sous son nom et sous celui de M. Béraud, de la Rochelle, n'est, à ce qu'on prétend, que de M. Béraud seul, qui consentit à s'adjoindre M. Joseph Rosny pour lui procurer l'agrément du spectacle. On croit que ce M. Rosny est mort il y a trois ou quatre ans. Quant à Coffin-Rony, voici ce que nous avons pu connaître de son théâtre : Salle Favart, les Rendez-vous espagnols, op. 3 a. 1796. Th. de Louvois (direction de M. Delomel, et suivant le souvenir de M. Cuvelier), la Joueuse corrigée, c. 3 a. 179.... Gaîté, avec M. Clément, Guillaume le Conquérant, mél. 3 a. en..... Avec M. Béraud, les Deux Nuits ou les Stratagémes de l'amour, op. 2 a. Seul, Elisa ou le Triomphe des femmes, mél. 3 a. Le Point d'honneur, op. 1 a. 1802. Avec M. Cuvelier, le Nain jaune, mél. 1804. Seul, Clémence d'Entragues, mél. 3 a. 1811. Ambigu, Affrico et Menzola, mél 3 a. 1798. Avec M. Hinaux, Amanda, mél. 3 a. 1805. Jeunes- Artistes, à ce que l'on croit, seul, les Ruines de Sainte-Marguerite, mél. Pièces dont on ignore la date et le lieu de la représentation : Hernance et Fernand, op. 3 a. Amour et Coquetterie, op. 1 a. Christophe Colomb, mél. Cadet-Roussel homme de lettres, com. I a.

Coindé (17..-18.. ?).

Les Amours de Vénus, ou le Siège de Cythère, ballet pantomime en trois actes, de la composition de Coindé, donné au Théâtre de la République de Lyon, aux Terreaux, thermidor an 3 [juillet-août 1795], remis au Grand Théâtre de Lyon par Roger en mai 1814.

La Joûte, ou les Amours d'Eté, pantomime en deux actes, de Coindé, remis sous la surveillance d’Eugène Hus ; créé sur le Théâtre de la Porte Saint-Martin le 29 novembre 1806.

Collalto Mattiuzzi, Antonio Cristoforo (1717-1778).

Italien.

Maculin.

Acteur et scénographe.

Les Trois jumeaux vénitiens, comédie italienne en quatre actes; dialoguée en français, de A. Collalto Mattiuzzi, créée sur le Théâtre Italien le 7 décembre 1773, reprise sur le Théâtre Louvois le 14 frimaire an 12 [6 décembre 1803].

[Dans le Catalogue général de la BNF, une édition du livret de 1792 donne le nom de celui (ou ceux) qui ont dialogué en français la pièce : Lefebvre de Marcouvelle ou bien Thomas d’Hèle et Cailhava. Ils y sont présentés comme des traducteurs.]

Collin d’Harleville, Jean-François (1755-1806).

Français.

Masculin.

Auteur de comédies en vers et de notices historiques. - Membre de l'Académie française (1803).

Les Artistes, pièce en quatre actes et en vers, de Collin-Harleville. créé sur le Théâtre de la République le 19 brumaire an 5 [9 novembre 1796].

Le Casque et les colombes, opéra en un acte, de Guillard et Collin d'Harleville, musique de Grétry, ballets de Gardel. 16 brumaire 10 [7 novembre 1801].

Collin d'Harleville a choisi de ne pas reproduire cette pièce dans ses œuvres choisies.

Les Châteaux en Espagne, comédie en cinq actes et en vers, de Collin d'Harleville, créée sur le Théâtre François le 20 février 1789.

La Défense de la petite ville.

Être et paroître, ou les Deux voisins, comédie en cinq actes, en vers, de Collin d’Harleville, créée sur le Théâtre de la rue Feydeau le 21 Brumaire an 5 [11 novembre 1796].

Il veut tout faire, comédie en un acte et en vers, de Collin-Harleville. créée sur le Théâtre de la rue Louvois le 21 pluviôse, an 12 [11 février 1804].

Les Incorrigibles, ou l’Amour et les vers, comédie en trois actes, en vers, de Collin-Harleville, créée sur le Théâtre de l’Odéon le 12 septembre 1815.

[Pièce posthume, à moins qu’elle soit de M. de Montbrun.]

Malice pour malice, comédie en trois actes et en vers, de Collin-Harleville. créée sur le Théâtre Français, rue de Louvois le 18 pluviôse an 11 [7 février 1803].

[Le Catalogue général de la BNF s'obstine à dater la pièce du 18 pluviôse an 2 [6 février 1794].]

Les Mœurs du jour, ou l'Ecole des jeunes Femmes, comédie en cinq actes, en vers, de Colin-d'Harleville, créée sur le Théâtre de la République le 7 thermidor an 8 [26 juillet 1800].

[Une notice du Catalogue général de la BNF donne comme titre les Mœurs du jour ou le Bon frère.]

Monsieur de Crac en son petit castel, ou les Gascons, comédie en un acte en vers, avec un vaudeville et un divertissement, de Collin d’Harleville, créée sur le Théâtre de la Nation le 4 mars 1791.

L'Optimiste, ou l'Homme content de tout, Comédie en cinq actes, en vers, par M. Collin d'Harleville, représentée sur le Théâtre François le 22 février 1788.

[Pièce reprise le 17 frimaire an 3 [7 décembre 1795].]

Les Querelles des deux Freres, ou la Famille bretonne, comédie en trois actes et en vers, ouvrage posthume de Collin d'Harleville, avec un prologue d'Andrieux, créée sur le Théâtre de l'Impératrice le 17 novembre 1808.

Les Riches, comédie en cinq actes et en vers, reçue au Théâtre Français, de Collin d'Harleville. Non représentée.

Rose et Picard, ou la Suite de l'Optimiste, comédie en un acte, en vers, de Collin-Harleville, créée sur le Théâtre de la République le 28 Prairial an 2 [16 juin 1794].

Le Veuf amoureux ou la Véritable amie, comédie en trois actes et en vers, de Collin d'Harleville

Le Vieillard et les Jeunes gens, comédie en cinq actes et en vers, de Collin-Harleville. créée sur le Théâtre Français, rue de Louvois le 15 prairial an 11 [4 juin 1803].

Le Vieux célibataire, comédie en cinq actes, en vers, de Collin-Harleville, créée sur le Théâtre de la Nation le 24 février 1792.

Œuvres de Collin d'Harleville, publiées de son vivant sous le titre de Théâtre et Poésies fugitives,. Paris, Dumesnil-Lesueur, 1805, 4 vol. in-8, 16 fr. 50 c.; pap. vél., 33 fr.

Édition publiée par l'auteur; elle contient :

Tome 1er, l'Inconstant, réduit en 3 actes ; l'Optimiste ; les Châteaux en Espagne.

Tome II, le Vieux célibataire ; Monsieur de Crac ; les Artistes ; les Mœurs du jour.

Tome III, le Vieillard et les jeunes gens ; Malice pour Malice; Il veut tout faire, comédie épisodique en un acte ; les Riches, comédie en 5 actes.

Tome IV, Poésies fugitives. Les pièces principales de ce volume sont : Apollon et les Muses, pièce allégorique en un acte et en vers libres ; les trois Vertus ; le Poète et son Jardinier ; l'Homme et sa Conscience ; la Campagne et les Vers ; Dialogue entre la prose et la poésie ; une Journée de Paris ; une Journée des champs ; les Lectures d'automne ; le Poète et son Ami ; Melpomène et Thalie, poëme allégorique. La Querelle des deux frères, imprimée en 1808, après la .mort de son auteur, a été ajoutée à ce volume ; elle a sa pagination particulière.

Collin d'Harleville a omis les pièces suivantes, ayant été peu satisfait de leur succès sur la scène :

Rose et Picard, ou la Suite de l'Optimiste ; la Défense de la petite ville ; les Deux voisins ; le Casque et les Colombes, opéra fait en commun avec Guillard, et la Querelle des deux frères. On sait que cet ouvrage posthume de Collin d'Harleville avait été mis chez l'épicier par la méprise de sa servante. Quand on l'eut trouvé, M. Andrieux fit un Prologue, et la pièce fut représentée.

Collot d’Herbois, Jean-Marie (1749-1796).

Français.

Masculin.

Auteur de pièces de théâtre. - Directeur du théâtre de Lyon (1787). - Révolutionnaire, président de la Convention et membre du Comité de Salut public (1793).

Adrienne ou le Secret de famille, comédie en trois actes en prose, de Collot d'Herbois, représentée sur le Théâtre du Palais-Royal, le 19 avril 1790.

L'Aîné & le cadet, comédie en deux actes, en prose, de Collot d'Herbois, créée au Théâtre de la rue Feydeau le 17 janvier 1792.

La Famille patriote, ou la Fédération, comédie en deux actes, en prose, de Collot d’Herbois, créée sur le Théâtre de Monsieur le 17 juillet 1790.

L'Inconnu ou le Préjugé nouvellement vaincu, comédie en trois actes en prose, par M. Collot d'Herbois, créée sur le Théâtre du Palais-Royal le 17 novembre 1789.

Isabelle et don Louis ,comédie en trois actes, de Collot d'Herbois,

La journée de Louis XII, comédie héroïque en trois actes

Le Paysan magistrat, comédie en cinq actes & en prose, imitée du Viol puni, ou l'Alcade de Zalaméa, drame de Calderon, de Collot d'Herbois, créée sur le Théâtre de la Nation le 7 décembre 1789.

[Ce n’est pas une nouveauté en 1789 : la pièce a été publiée dès 1778 sous le titre de Il est bonne justice, ou Le paysan magistrat.]

Les Porte-feuilles, comédie en deux actes en prose, de Collot d'Herbois, créée sur le Théâtre de la rue Feydeau (Théâtre de Monsieur) le 10 février 1791.

Le Procès de Socrate ou le Régime des anciens temps, comédie en trois actes et en prose, par M. J. M. Collot, ci-devant d'Herbois, créée sur le Théâtre de la rue Feydeau (Théâtre de Monsieur) le 9 novembre 1790.

Les Vendeurs d'argent, ou les Deux porte-feuilles, comédie en deux actes et en prose, de Collot d'Herbois. Publication : Nyons : A. Garrigan, 1794

Bibliographie des pièces de Collot d'Herbois, dans la Biographie nouvelle des contemporains: ou Dictionnaire historique etc., tome 5 [1822], p. 16-17 :

Ses pièces de théâtre et ses opuscules littéraires sont parfaitement d'accord avec ses principes politiques. Si, comme l'a dit Buffon, le style est l'homme même, on peut dire : les ouvrages de Collot-d'Herbois sont Collot-d'Herbois lui-même. Il a donné: 

1° Almanach du P. Gérard (Paris, 1792, in-12 avec figures, réimprimé en différens formats, et traduit en anglais par J. Oswald, en hollandais et en allemand, et honoré d'une refutation sous ce titre : Almanach de l'abbé Maury, ou réfutation de l'Almanach du P. Gérard);

2° Clémence et Montjair, drame en 5 actes et en vers ;

3° Lucie ou les parens imprudens, drame en 5 actes et en prose, 1772, in-8°, réimprimé à Nantes, en 1774; à Avignon, en 1777 et à La Haye, en 1781;

4° le Paysan magistrat, comédie en 5 actes et en prose, imité de l'Alcade de Zalamea, de Calderon, auteur espagnol, 1777, in-8°, réimprimée en 1780, à Bruxelles en 1785, et à Paris en 1790 ;

5° le vrai Généreux, ou les bons Mariages, drame villageois en un acte, 1777, in-8° ;

6° le bon Angevin ou l'hommage du cœur, comédie en un acte, 1777, in-8° ;

le Bénéfice, comédie-proverbe en un acte, 1778, in-8° ;

8° le Français à la Grenade, ou l'impromptu de la guerre et de l'amour, comédie-divertissement, imprimée à Lille en 1779, in-8°, et à Douai dans la même année ;

9° l'Amant loup-garou, ou monsieur Rodomont, pièce comique en 4 actes et en prose, imitée des Commères de Windsor, de Shakespeare, Douai, 1780, in-8° ;

10° Adrienne ou le secret de famille, comédie en 3 actes et en prose, 1790, in-8° ;

11° l'Inconnu ou le préjugé nouvellement vaincu, comédie en 3 actes et en prose, 1790, in-8° ;

12° la Famille patriote ou la fédération, pièce nationale en 2 actes et en prose, 1790, in-8° ;

13° le Procès de Socrate ou le régime des anciens temps, comédie en 3 actes et en prose, 1791, in-8° ;

14° les Portefeuilles, comédie en 2 actes et en prose, 1791, in-8° ;

15° l'Ainé et le Cadet, comédie en 2 actes et en prose, 1791, in-8° .

16° Collot-d'Herbois donna, en 1790, au Théâtre-Français (alors du Palais-Royal), la Journée de Louis XII, comédie héroïque nationale en 3 actes ;

17° sur le même théâtre et la même année, Isabelle et don Louis, comédie en 3 actes.

Ces deux pièces n'ont point été imprimées.

Constant (17..-18..).

Pseudonyme de Ménissier, Constant (17..-18..). Voir à ce nom.

Cordelier.

Pseudonyme employé par J.-G.-A. Cuvelier pour le Sac et la corde, ou la Funambulomanie.

Cordier de Saint-Firmin, Edmond (1743-1826).

Français.

Masculin.

Prêtre. - Homme de lettres. - Était franc-maçon, membre de la Société nationale ou Loge des Neuf-Sœurs.

La base César ne connaît de Cordier de Saint-Firmin que la tragédie Zarucma, jouée le 17 mars 1763 sur le Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain à Paris. Elle le fait naître en 1730 et mourir en 1816.

Présentation d'Edmond Cordier :

http://www.bude-orleans.org/Theme-Orleanais/Cordier-Notice.html

L'insistance est mise dans cette présentation sur sa volonté constante de prêcher une saine morale à ses contemporains, et e n particulier à la jeunesse.

Le Galant Savetier, comédie-parade en un acte, en vaudevilles, du citoyen Saint-Firmin, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 19 Ventôse an 7 [9 mars 1799].

La Jeune esclave, ou les Français à Tunis, comédie en un acte et en prose, de Cordier de Saint-Firmin, créée sur le Théâtre des Variétés le 2 juin 1793.)

Le Mariage par les petites affiches, comédie en un acte et en prose, de Cordier de Saint-Firmin, créée sur le Théâtre des Jeunes artistes, 25 octobre 1797.

Coriolis d'Espinouse, Charles Louis Alexandre (1770?-1841)

[plutôt que l’abbé Coriolis, Honoré-Gaspard de (1735?-1824)]

Français.

Masculin.

Marquis. - Poète. - Ami et correspondant de Lamennais (1782-1854).

Christophe Morin, ou Que je suis fâché d'être riche, folie-vaudeville en un acte, par les auteurs de M. de Bièvre, créé sur le Théâtre des Troubadours le 18 vendémiaire an 8 [10 octobre 1799].

[Liste des auteurs : Dupaty, Luce de Lancival, Salverte, Coriolis, Creuzé de Lesser, Cadet de Gassicourt, Legouvé, Monvel fils, Longpérier, Chazet Léger et Mautort.

Monsieur de Bièvre, ou l'Abus de l'esprit, calembourg en un acte et en vaudeville ; Par les C.ens C...., créé sur le Théâtre des Troubadours le 7 prairial An 7 [26 mai 1799].

[Les auteurs sont nombreux : Dupaty, Luce de Lancival, Salverte, Coriolis, Creuzé de Lesser, Cadet de Gassicourt, Legouvé, Monvel fils, Longperrier, Alexandre (c'est-à-dire Ségur jeune et Auguste de Forbin) et Chazet.]

Corsange de La Plante, Jean-François-Jacques (1751-1821).

Français.

Masculin.

Auteur de théâtre et moraliste. - Se qualifia sous la Restauration de Corsange de La Plante.

Le malheureux n’a pas à ce jour de page sur Wikipedia.

Augustin et Babet ou le Fils naturel, comédie en un acte et en prose, de Corsange, musique de Chappelle, musique du vaudeville de Pollet, créée sur le Théâtre du Cirque national, au Palais Royal le 8 novembre 1791.

La Belle-mère, comédie en deux actes et en prose, mêlée de musique,, de Corsange, avant 1807

Pièce figurant dans le tome 2 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

Le Bienfait et la reconnaissance, comédie en deux actes, mêlée d'airs choisis, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 1 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

Le Billet au porteur, comédie en un acte et en prose de Corsange, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 3 juin 1797.

Clémentine et Saint-Albin ou le Délire, comédie en deux actes et en prose, mêlée de musique,, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 2 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

D'après la brochure présentée dans Google Books, mais non consultable, comédie-vaudeville en un acte.

La Débutante, comédie en un acte, mêlée d'airs choisis, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 2 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

Le Dernier Couvent de France, ou l’Hospice, anecdote en deux actes et en vaudevilles de Corsange et Hapdé, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes,musique arrangée par Gautier, le 26 thermidor an 4 [13 août 1796].

Le Fermier hospitalier ou le Bon laboureur, comédie mêlée de vaudevilles et de danses, de Hapdé et Corsange, musique de Froment, créée sur le Théâtre d'Émulation le 17 floréal an 5 [6 mai 1797].

La Fête du grand papa, tableau de famille en un acte et en prose, mêlé de chants.

Comme pour la Prévention maternelle, Corsange affirme avoir eu un collaborateur. Les deux auteurs avaient en projet six « tableaux de famille », mais la mort du collaborateur a empêché la poursuite du projet.

Les deux pièces figurent dans le tome 1 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

Le Fourbe dupe de la fourberie, comédie vaudeville en un acte, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 1 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

L’Inconséquent ou les Deux sœurs, comédie en un acte et en prose, mêlée d'airs choisis, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 1 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

LIntrigant démasqué, comédie en un acte et en prose, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 2 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

L'Irrésolution, comédie en un acte, en prose, de Vigneaux et Corsange, créée sur le Théâtre de l'Impératrice (Odéon) le 3 octobre 1811.

La Laitière suisse ou Pauvre Jacques, comédie en un acte mêlée de vaudevilles, de Jean-François-Jacques Corsange.

[Ni date, ni lieu de représentation.]

Lucile et Sainval ou Assaut de talents

La Malédiction paternelle, comédie en trois acets et en prose, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 2 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

Les Mariages assortis, comédie en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles; de Corsange, créée sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique, 1er janvier 1794.

Pauline et Justin, comédie avec musique et vaudeville, de Corsande, airs nouveaux de Tomeoni, créée sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 22 frimaire an 3 [12 décembre 1794]

Pierre Luc, le Cultivateur du Mont-Blanc, opéra en trois actes à grand spectacle, de Hapdé et Corsange, musique de Froment, ballet de Blondin, créé sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 4 fructidor an 7 [21 août 1799].

La Prévention maternelle, de Corsange de La Plante, 12 ventôse an 11 [3 mars 1803].

Restons dans notre état, comédie en un acte et en prose, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 1 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

La Résolution téméraire, de Corsange, avant 1807.

Pièce figurant dans le tome 1 des Pièces de théâtre de J. F. J. Corsange, publié à Boulogne en 2 volumes en 1807.

Les Rivaux d'un moment, opéra-comique en un acte, paroles de Corsange de La Plante, musique de Champein, créé sur le Théâtre de l'Opéra-Comique le 30 juin 1812.

Virginie, ou l'Orpheline de village, comédie en un acte et en prose, par Jean-François Jacques Corsange de La Plante et Charles Henrion, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 24 Ventôse an 7 [14 mars 1799].

Corse (ou Corsse), Jean-Baptiste Labenette, dit (1759-1815).

Français.

Masculin.

Auteur de mélodrames, librettiste, acteur, metteur en scène. - Directeur du Théâtre de l'Ambigu-Comique de 1800 à 1815.

Caroline et Storm, ou Frédéric digne du trône, mélodrame à grand spectacle par Mlle L. R***, musique de Quaisain, ballets de Richard, créé sur le théâtre de l'Ambigu-Comique le 3e jour complémentaire de l'an 12 [jeudi 20 septembre 1804].

Le Catalogue général de la BNF associe Corse à cette pièce, sans dire quel rôle il tient. Une autre notice associe M. C*** à mademoiselle L.R. (et M. C*** pourrait être Corse.

La Fille mendiante, mélodrame en trois actes et à spectacle, de Corsse et Cuvelier, musique de Foignet, ballets de Millot, créé sur le Théâtre de l’Ambigu Comique le 12 octobre 1809.

Hariadan-Barbe-Rousse, mélodrame en trois actes, en prose et à grand spectacle, de Lamarque de Saint-Victor et Corsse, musique de Leblanc, ballet de Richard, créé sur le Théâtre de l’Ambigu-Comique le 11 mars 1809.

L’Héroïne américaine, ou Inkle et Zarika, pantomime d'Arnould, remise au théâtre avec des additions, de M. Corsse, créée sur le Théâtre de l’Ambigu Comique le 12 avril 1808.

Coster, Auguste-Mario (17..-1852).

La forme internationale qui a été retenue est Auguste (17..-1852).

Français.

Masculin.

Acteur de théâtre. - Auteur dramatique.

Comme ça vient et comme ça passe, comédie en un acte mêlée de vaudevilles, de Francis et Coster, créée sur le Théâtre des Variétés-Panorama le 27 octobre 1808.

L'Enfant prodigue, ou le Panier percé, folie en un acte, mêlée de couplets, de Coster et Ourry, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 21 février 1811.

Les Expédiens, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, de Dumolard et Coster, créée sur le Théâtre des Variétés le 9 février 1811.

Jacques Callot à Nancy, vaudeville-anecdote en un acte, de Coster et Dumolard, créé sur le Théâtre du Vaudeville le 26 juin 1813.

Le Jardin, turc, folie en un acte, mêlée de couplets, de Coster et Ourry, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 8 août 1809.

Je cherche un dîner, vaudeville en un acte et en prose, de Coster, Merle et Ourry, créé sur le Théâtre des Variétés-Panorama le 1er juillet 1810.

Monsieur Asinard, ou le Volcan de Montmartre, vaudeville en un acte, de Coster et Ourry, créé sur le Théâtre des Variétés le 7 septembre 1809.

Faut-il ajouter Chazet aux auteurs ? C'est ce que font beaucoup de bibliographies anciennes.

Monsieur Giraffe, ou la Mort de l’ours blanc, vaudeville en un acte, de M. Bernard de la Rue-aux-Ours, créé sur le Théâtre des Variétés-Montansier le 27 décembre 1806.

[Le pseudonyme M. Bernard de la Rue-aux-Ours cache une belle brochette d’auteurs comiques : Marc-Antoine Désaugiers, Francis (baron d'Allarde), Chazet, Moreau, Servières, Merle, Mario Coster, Georges Duval et Ravrio.]

Monsieur Mouton, ou le Déjeûner d’un Marchand de laine, vaudeville en un acte, de Georges Duval et Coster, créé sur le Théâtre des Variétés-Panorama le 8 mars 1810.

La Nuit d'auberge, comédie en un acte et en prose, mêlée de vaudevilles, de Lafortelle (?), Moreau et Coster, créé sur le Théâtre du Palais Royal (Montansier) le 24 mars 1806.

Le Roman d'un jour, vaudeville en un acte, de Dumolard et Coster, créé sur le Théâtre du Vaudeville le 2 avril 1812.

Cottenet, Émile, dit Émile (17..-1833).

Français.

Masculin.

Comédien. Auteur dramatique.

Dumollet à Lyon, ou Bêtise sur bêtise, folie-vaudeville en un acte, d'Émile Ct [Cottenet] et Beuzeville... (Lyon, Théâtre des Célestins, 2 avril 1813.)

Le Poisson d'Avril, vaudeville en un acte, d’Emile [Cottenet] et Carmouche, créé sur le Théâtre des Variétés le 1er avril 1812.

La Vente publique ou le Petit Saint-Jean, vaudeville en un acte, de Cottenet, donné au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, 29 et 30 novembre 1816.

Le compte rendu donné dans le Journal de Paris du 30 novembre 1816 indique sans précision que la pièce aurait « déjà été joué[e] à Lyon », sans grand succès. A Paris en 1816, accueil bienveillant, et c'est Emile (donc Cottenet) qu'on a applaudi « comme acteur et comme auteur ».

Coupart, Antoine-Marie (1780-1864).

Français.

Masculin.

Auteur dramatique. - Régisseur au Théâtre du Palais Royal, Paris.

La Bossomanie, ou Arlequin polichinel. arlequinade, de Coupart et Servières, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 22 frimaire an 8 [13 décembre 1799].

Honneur et Richesse, comédie-vaudeville en un acte et en prose, du citoyen Coupart, créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes le 7 Floréal an 7 [26 avril 1799].

Lucile ou l'Amant à l'épreuve, comédie en un acte et en prose d'A. M. Coupart fils; créée sur le Théâtre des Jeunes Artistes, 16 thermidor an 11 [4 août 1803].

Les Nouvelles métamorphoses, vaudeville en un acte et en prose, de Servières et Coupart, créé sur le Théâtre des Jeunes-Artistes le 7 septembre 1805.

Le Rendez-vous nocturne, comédie-vaudeville en un acte, attribuée à Coupart et Servières, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 21 pluviôse an 8 [10 février 1800].

[Peut-être est-elle de Servières seul.]

Toujours le même, vaudeville en un acte, de Servières et Coupart., créé sur le Théâtre Montansier, le 12 fructidor an 12 [26 août 1804].

Les Trois n'en font qu'un, comédie en un acte mêlée de vaudevilles, de Servières et Coupart, créée sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 13 floréal an 8 [3 mai 1800].

Vive la paix ! ou le Retour au village, impromptu en un acte, mêlé de chants et de danses, de Coupart et Varez, créé sur le Théâtre de l'Ambigu-Comique le 4 mai 1814.

Voilà notre bouquet !, ou le Cabinet littéraire, impromptu-vaudeville en un acte (et en prose), à l’occasion du retour de S. M., de Coupart et Varez, créé sur le Théâtre de l’Ambigu Comique le 31 juillet 1815.

Coupigny, André-François de (1766-1833).

Français.

Masculin.

Employé dans les bureaux de la Marine. - Chef de division au ministère des Cultes sous la Révolution. - Poète et auteur dramatique.

Hommage du petit Vaudeville au grand Racine, vaudeville en un acte, de Coupigny, Piis, Barré, Radet et Desfontaines, créé sur le Théâtre du Vaudeville le 2 Prairial an 6 [21 mai 1798].

Le Jeune philosophe, ou Se mariera-t-il ?, comédie vaudeville en un acte, de Radet et Coupigny, créée sur le Théâtre du Vaudeville le 12 avril 1813.

Une nuit de Frédéric II, comédie vaudeville en un acte, en prose, de Coupigny, Favière et Dieulafoy, créée sur le Théâtre de l'Opéra Comique national, rue Favart le 21 messidor an 8 [10 juillet 1800].

Courtier, Léopold.

Il y a deux Courtier possibles auquel attribuer la pièce de 1806 :

  • Léopold Courtier, auteur en 1832 de la Belle-fille ou Un second mariage, en commun avec Léon Bousquet et en 1833 de Une mère ou la Portière et la pair de France, avec Henri Duffaud d'après la brochure de cette seconde pièce, il était décédé en 1833).

  • Maximilien-Léopold Courtier, auteur d'une Cendrillon, vaudeville-féerie en trois journées, musique de Lautz, jouée en 1838.

Aucun des deux ne convient vraiment...

Le Dernier bulletin, ou la Paix, impromptu mêlé de vaudevilles d'Armand Séville, Léopold [Chandezon] et Darrodes-Lillebonne, créé sur le Théâtre des Nouveaux Troubadours le 18 janvier 1806.

L'attribution du Dernier bulletin, ou la Paix à Léopold Chandezon est assez improbable, puisqu'il aurait fait jouer cette pièce en 1806, avant qu'une autre de ses pièce n'apparaisse qu'en 1814. La Bibliothèque de Soleinne l'attribue à un certain Léopold Courtier.

Creuzé de Lesser, Auguste (1771-1839).

[Utilise le pseudonyme d’Auguste.]

Français.

Masculin.

Homme de lettres, auteur dramatique et homme politique. - Auteur de comédies, de livrets d'opéras-comiques, de contes, d'apologues et de romans. - Député de Saône-et-Loire au Corps législatif. - Baron de l'Empire. - Sous-préfet à Autun, préfet de l'Hérault et secrétaire d'ambassade en Italie.

Voir la page particulière qui lui est consacrée.

Croizette , Armand (1766-1841).

Français.

Masculin.

Auteur, ou coauteur de toute une série de pièces entre 1797 et 1817.

Arlequin protégé par la fortune ou le Riche du moment, comédie en trois actes, en prose, créée sur le Théâtre de la Gaîté le 16 mai 1797.

Les Aveugles de Franconville, opéra en un acte, d'Armand Croizette et Chateauvieux, musique de Lebrun, créé sur le Théâtre Montansier-Variétés le 9 floréal, an 10 [29 avril 1802].

Clémence et Formose, mélodrame en trois actes, d'Armand Croisette et Chateauvieux. Créé sur le Théâtre de la Gaîté le 23 fructidor an 7 [9 septembre 1799].

Gille[s] en deuil, opéra en un acte, de Marc-Antoine Désaugiers, Armand-Croizette et Jacquelin, musique d'Alexandre Piccini, créé sur le Théâtre Montansier-Variétés le 15 thermidor an 10 [3 août 1802].

L'Ivrogne et sa femme, comédie-parade en un acte, mêlée de vaudevilles, d'Ernest [de Clonard] et Armand [Croizette], créée sur le Théâtre de la Cité-Variétés le11 frimaire an 11 [2 décembre 1802].

Maria, ou la Forêt de Limberg, pantomime en trois actes, à grand spectacle, d’Hector Chaussier, Armand [Croizette], Chateauvieux et Fleureau de Ligny, ballets de Richard, créé sur le Théâtre de l'Ambigu Comique le 9 messidor an 8 [28 juin 1800].

On peut difficilement penser que l'Armand indiqué comme coauteur dans la brochure de Maria, ou la Forêt de Limberg, est Armand Overnay (1799-1869) et il vaut mieux l'attribuer à Armand Croizette.

Le Masque tombé, ou le Bal de l'Opéra, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles, d'Armand [Croizette], Chateauvieux et Bonel, créée sur le Théâtre de Molière le 20 nivôse an 9 [10 janvier 1801].

Monsieur Dupinceau, ou le Peintre d’enseigne, facétie en un acte, par M. A... C... [Armand Croisette et A.-J.-B. Simonnin], créée sur le Théâtre des Variétés le 29 janvier 1808.

La Nouvelle pupille, bluette allégorique en un acte, d'Armand-François Chateauvieux et Hector Chaussier, et Armand Croizette, créée sur le théâtre de la Gaîté le 19 novembre 1799.

Cubières-Palmézeaux, Michel de (1752-1820).

Connu sous de nombreux pseudonymes, dont Dorat-Cubières.

Français.

masculin.

Littérateur, poète et philosophe. - Ami de Dorat. - A édité de nombreux auteurs du XVIIIe siècle. - Collabora au Mercure de France, au Journal encyclopédique et à la Décade.

Voir la page particulière qui lui est consacrée.

Curmer, François-Alexandre (17..-1835).

Français.

Masculin.

Auteur.

Les pièces attribuées à un auteur appelé Curmer ne sont peut-être pas toutes du même auteur.

La Bonne nouvelle, ou le Bouquet à Bonaparte, vaudeville en un acte, de F. Curmer, créé à Anvers dans le local de la Bourse de Commerce le 1er thermidor an 11 [20 juillet 1803].

La Laitière polonaise, ou le Coupable par amour, pantomime en trois actes, de Curmer, musique de Rochefort, créée sue le Théâtre de la Cité le 4 ventôse an 6 [22 février 1798].

Le Castel du lac, ou les Amans piémontais, pantomime en 3 actes, à spectacle, de J.-G.-A. Cuvelier et Curmer, musique de Rochefort, créée sur le Théâtre Cité Variétés, et de la pantomime nationale le 10 Germinal an 7 [30 mars 1799].

Rubens dans sa jeunesse, vaudeville en un acte, par Curmer, créé sur le Théâtre du Vaudeville le 1er avril 1806.

Cuvelier Flore.

Le Gnôme, ou Arlequin tigre et bienfaisant, pantomime magico-bouffonne, à grand spectacle en 3 actes, de Mlle Flore Cuvelier, mise en scène d'Eugène Hus, musique arrangée par M. Foignet fils. Créée sur le Théâtre des jeunes artistes le 2 germinal an 13 [23 mars 1805].

Flore Cuvelier m'est inconnue par ailleurs, et la pièce est peut-être bien de J. G. A. Cuvelier. La Bibliothèque dramatique de Monsieur de Soleinne, tome 2, p. 234, classe d'ailleurs le Gnôme parmi l'abondante production de J. G. A. Cuvelier.

Cuvelier, Jean-Guillaume-Antoine (1766-1824).

Français.

Masculin.

Homme de lettres. - Avocat. - Capitaine de la Garde nationale et commissaire du gouvernement dans les départements de l'Ouest, pendant la Révolution. - A aussi écrit sous le pseudonyme M. Cordelier.

Voir la page particulière qui lui est consacrée.

Retour

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×