Amphitéâtre

Les mots du théâtre au XVIIIe siècle.

Amphithéâtre.

Chamfort et Laporte, Dictionnaire dramatique, tome I, p. 96-97 :

AMPHITHÉÂTRE. Ce terme signifie proprement milieu, d'où les Spectateurs, rangés circulairement, voyent également bien. Aussi, les Latins le nommoient-ils visorium. C'est, parmi nous, la partie du fond d'une petite salle de Spectacle, ronde ou quarrée, opposée au Théâtre, à sa hauteur, & renfermant les banquettes paralelles & placées les unes devant les autres, auxquelles on arrive par un espace ou une allée vuide qui les traverse depuis le haut de l'Amphithéâtre, jusqu'en bas. Les banquettes du fond font plus élevées que celles de devant : les premieres loges du fond sont un peu plus élevées que l'Amphithéâtre. L'Amphithéâtre domine le Parterre. L'Orchestre, qui est presque de niveau avec le Parterre, est dominé par le Théâtre ; & le Parterre qui touche l'Orchestre, forme entre l'Amphithéâtre & le Théâtre, au-dessous de l'un & de l’autre, un espace quarré, profond où ceux qui sifflent ou applaudissent les Piéces, sont debout.

Chez les Latins, cétoit un bâtiment spacieux, rond, plus ordinairement oval, dont l'espace du milieu étoit environné de sièges élevés les uns au-dessus des autres, avec des Portiques en dedans & en dehors. Cassiodore dit que ce bâtiment étoit fait de deux Théâtres conjoints. On lui donnoit quelquefois le nom dè Cavea ; voyez Cavea : mais ce mot qui fut le premier nom des Théâtres, n'exprimoit que le creux formé par les gradins en cône tronqué, dont la surface la plus petite, celle qui étoit au-dessous du premier rang de gradins, s'appelloit l'Arène. Voyez Arène.

Au-dessus des Loges, appellées Cavea, étoit pratiquée une avance en forme de quai qu'on appelloit Podium, & qui ressembloit à une longue tribune, ou à un long péristile circulaire. C’étoit la place des Empereurs, des Magistrats. Les gradins étoient au-dessus du Podium. Ces gradins formoient les précinctions en Baudrier. Balteus, voyez Balteus. Les espaces contenus entre les précinctions & les escaliers, s'appelloient Cunei, des coins ; voyez Cunei.

Les plus fameux Amphithéâtres étoient ceux de Statilius Taureus, de Vespasien, de Trajan & celui de Curion qui tournoit, dit-on, sur de gros pivots de fer ; ensorte que du même Amphithéâtre, on pouvoit, quand on vouloit faire deux Théâtres différens, sur lesquels on représentoit des Piéces toutes différentes.

Références :

Cassiodore (vers 485-vers 580), homme politique et polygraphe de langue latine.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×