Créer un site internet

L'Elève de la nature

L'Elève de la nature, comédie en un acte, en vers, par le C. Vial. 18 Ventose an 3.

Opéra comique national

Titre :

Eleve de la nature (l’)

Genre

comédie

Nombre d'actes :

1

Vers / prose

en vers libres

Musique :

non

Date de création :

18 ventôse an 3 (8 mars 1795)

Théâtre :

Théâtre Italien

Auteur(s) des paroles :

Vial

Almanach des Muses 1796.

Situation d'une jeune homme jeté dans le monde sans jamais avoir connu la société. Le but de l'Auteur est de convaincre un aristocrate que l'égalité est dans la Nature. Scène graveleuse entre ce novice et une jeune personne avec laquelle il est sur le point de s'instruire fort amplement, lorsque la leçon est interrompue.

Sur la page de titre de la brochure, Paris, chez la Citoyenne Toubon, an III :

L'Elève de la nature, comédie en un acte et en vers libres ; Par J. B. Vial. Représentée pour la première fois sur le théâtre de l'Opéra-comique national, rue Favart, le 18 ventôse, l'an III de la République.

L’Esprit des journaux français et étrangers, 1795, volume 2 (mars-avril 1795), p. 280 :

[Une pièce au fonds léger, riche en invraisemblances, mais qui a le mérite de mettre en oeuvre une idée « aussi neuve que civique », placer dans la bouche de l’éleve de la nature la déclaration des droits de l’homme ». L’auteur est jeune et plein de promesses.]

L'éleve de la nature, comédie en un acte, en vers.

II ne faut pas s'attacher au fonds de cet ouvrage, qui sans doute devoit offrir des invraisemblances : c'est un cadre ingénieux, plein de détails piquans, écrits avec autant d'esprit que du goût, & qui annonce dans l'auteur des dispositions dignes des plus grands encouragemens. L'idée d'avoir fait sortir de la bouche de l’éleve de la nature la déclaration des droits de l’homme, est aussi neuve que civique : en un mot , ce joli ouvrage annonce un talent distingué pour l'art dramatique. Il est d'un très-jeune littérateur, Vial, auteur des petits Commissionnaires, au théâtre des Amis de la patrie.

(Annonces & avis divers, &c.)

D’après la base César, la pièce, jouée au Théâtre Italien, est en vers et prose avec des ariettes, alors que la consultation de la brochure à laquelle elle renvoie montre qu’elle est en vers libres. Première le 8 mars 1795. 28 représentations jusqu’au 27 janvier 1797 (13 en 1795, 14 en 1796 et 1 en 1797).

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×