Créer un site internet

L'Honnête aventurier

L'Honnête aventurier, comédie en deux actes et en vers, de Lebrun Tossa, 31 janvier 1791.

Théâtre de Louvois.

Titre :

Honnête aventurier (l’)

Genre

comédie

Nombre d'actes :

2

Vers / prose ?

en prose

Musique :

non

Date de création :

31 janvier 1793

Théâtre :

Théâtre de Louvois

Auteur(s) des paroles :

Lebrun Tossa

Sur la page de titre de la brochure, à Paris, chez Ch. Tutot,an 6 ::

L’honnête Aventurier, comédie en un acte et en vers, Par Lebrun-Tossa, Représentée, pour la première fois, le 9 Prairial an VI [28 Mai 1798], sur le Théâtre Montansier, Variétés, Jardin Egalité.

Le texte de la pièce est précédé de ces « deux mots » :

[L’intérêt de ce texte, c’est de donner des exemples de la versification de Lebrun-Tossa...]

DEUX MOTS.

L’Aventuriere Onorato, Comédie de Goldoni, m’a fourni l’idée-mère de la mienne. Je l’avais d’abord fait jouer en deux actes au théâtre de Louvois, sans trop m’écarter alors de mon modèle. La pièce fut accueillie avec faveur, et ne compta pas moins de cent représentations. Je crus cependant devoir la refaire ; j’aggrandis mon cadre et composai cinq actes. C'était par malheur à l’époque où l’on ne pouvait produire sur la scène que des drames patriotiques. J’arrangeai le mien en conséquence ; mais il était à peine achevé, que le changement des circonstances ne permit plus de le représenter. J’ai regret à plusieurs scènes qui paraissaient comiques ; je crois, surtout, qu’aucun bon citoyen n’eût désavoué les principes politiques de mon Honnête Aventurier : on peut en juger par le fragment qui suit d’une scène entre ce personnage et un Magistrat Sicilien auprès duquel il était accusé.

Le Magistrat.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’histoire a démenti ce systême trompeur,
On peut vous attester par des preuves sans nombre ;
Qu’on eût la liberté, souvent, sans le bonheur.

Victor

C’est que la liberté ne fût alors qu’une ombre.
Le peuple se crût libre, il eut d’autres tyrans,
Il échangeait ses maux contre des maux plus grands
Et qu’importe , en effet , quand un maître domine,
Le nom de l’oppresseur ? monarque ou dictateur,
Tribuns ou triumvirs, tous veulent sa ruine.
Sans le sceptre des loix, sans mœurs, sans discipline,
La liberté n’est plus que licence et fureur.
Que l’homme mieux instruit jamais ne les confonde,
Elle réparera tous les malheurs du monde.

Le Magistrat.

L’homme dans tous les temps défigura ses traits,
A Rome on crût l’avoir, Rome ne l’eut jamais.

Victor.

La liberté possède une sœur , une amie ;
Fille de la nature, idole des cœurs purs,
Qui bannit de la terre et l’orgueil et l’envie,
Console les humains, produit des amis sûrs.
Sans elle, c’est en vain qu’on croirait être libre :
L'égalité, voilà la source du bonheur.

Le Magistrat.

Il faut, dans tout état, un puissant équilibre.

Victor.

Il faut de bonnes loix, la justice et l’honneur.
Que la faveur du peuple accueille le génie,
Rêcompensez les bons, punissez les méchans,
Qu
e les mœurs, les vertus établissent les rangs ;
Tout citoyen alors s’attache à la Patrie,
Ils sont, en la servant, tous frères et rivaux.
La France, qu’aujourd’hui le monde entier contemple,
La France a su montrer par plus d’un grand exemple,
Que l’égalité seule enfante les héros.

Le Magistrat.

Aviez-vous le projet d’insurger l’Italie ?

Victor.

Non ; quelque soit Ie joug qui la tient asservie,
Sans doute il est un terme aux crimes des tyrans ;
L’excès de leur orgueil a révolté la France,
Eux-mêmes l’ont forcée à son indépendance.
Pour moi, trop glorieux d’être l’un de ses enfans,
Et n’ayant jamais eu cette philosophie,
Qui donne aux esprits forts l’univers pour Patrie,
J’aime beaucoup la mienne, et j’ai crû jusqu’ici
Qu’il faut peu se mêler des affaires d’autrui.

Dans une autre scene. où Victor passait en revue les principales nation: de l’Europe, et cherchait à détruire la prévention de Cardille pour le: plus cruels de nos ennemis, voici comment il s’exprimait :

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Par-tout où je le vois j’estime un honnête homme,
Mais quel peuple, grand dieu , respectez-vous encor ?
Un peuple qui, bravant la honte et le remord,
Ose s’énorgueillir des crimes qu’il consomme,
Opprime la vertu, trahit l’humanité,
Qui se déclare libre et vend sa liberté !
Un peuple agioteur, d’or et de sang avide,
Fourbe, avare, cruel, et qui, dans tous les temps,
N’offre à l’œil effrayé qu’un ramas de brigands !
Osez le comparer au Français intrépide,
Fatigué d’obéir à des maîtres pervers,
De mille ans d’esclavage expiant l’infâmie,
Calme dans les succès, plus grand dans les revers ;
Qui terrasse des rois la force réunie :
Et laissant à la terre un exemple immortel,
Rend à l’homme ses droits, son culte à l’éternel.

Quelque compte qu’on eût pu me tenir de pareils sentiment, deux choses néanmoins me consolent du sacrifice de mes cinq actes : la première, c’est qu’en supposant qu’ils eussent réussi, ce n’aurait été que d’un succès de circonstance ; la seconde, c’est d’en avoir pu tirer quelques scènes étrangères à la politique, et par conséquent plus durables. Au reste, je me plais à declarer que mes acteurs ont mérité leur bonne part des applaudissemens que j’ai reçus, celui principalement â qui j’ai confié le râle important de l’honnête Aventurier. Les amateurs de l'art dramatique fondent sur ce. jeune homme des espérance qu’il réalisera pour peu qu’il ajoute par l’ étude aux avantages dont la nature l’a doué.

Il serait inutile de donner aucune indication sur la mise de cet ouvrage ; elle ne présente point de difficulté. Je conseille seulement aux directions qui voudront le jouer dans les départemens, de choisir pour les rôles de Jêrôme et de Forban , des comédiens exercés. Une entière réussite tient à ce choix là beaucoup plus qu’on ne pense. Il faut aussi que le rôle de Florise sait joué avec la décence et l’expression qu’y a mises l‘intéressante citoyenne Decroix.

L’Esprit des journaux français et étrangers, 1793, volume 12 (décembre 1793), p. 290-293 :

[Après le résumé détaillé de l’intrigue qui justifie bien le qualificatif d'aventurier appliqué au personnage principal, la sentence, en deux temps : d’abord des compliments pour une pièce au fond « assez singulier », mais néanmoins « piquant » et contenant « des détails très-agréables » dont le critique donne un exemple peu explicite. Mais on passe vite à des reproches : une scène bien proche de la farce italienne, et donc « désagréable pour ceux qui aiment la bonne comédie » ; un rôle de niais, comme dans toutes les pièces ; des invraisemblances (par exemple, comment un jeune homme arrivant dans un pays étrangers peut-il aussi bien en maîtriser « les loix, les coutumes & la langue » ?). Ces invraisemblances viennent probablement, d’après le critique, de ce que l’auteur imite trop les comédies de Goldoni : Lebrun est invité à y réfléchir (et à moins imiter !).]

THÉATRE DE LOUVOIS.

L'honnête Aventurier, comédie en deux actes & en prose, par M. Lebrun Tossa, remise au théatre en juillet 1793.

Le chevalier d'Aubeville a eu le malheur de dire à son pere, président au parlement de Dauphiné, qui vouloit le contraindre d'épouser une vieille baronne, qu'íl étoit le bourreau de son fils. Le vieillard furieux veut le faire enfermer dans une maison-de-force ; d'Aubeville part furtivement & se rend en Italie. Là, le besoin lui fait entreprendre différens métiers.

Rendu à Palerme, où il est connu sous le nom de Victor, il attend, avec autant d'impatience que d'inquiétude, des lettres d'un de ses amis de Grenoble, avec lequel il est en correspondance, & qui ne lui a point écrit depuis plus de deux mois. Logé dans un hôtel garni, il y est distingué par Livia, jeune, belle & riche veuve, qui est venue y demeurer, parce qu'on fait des réparations à son hôtel. Cette dame a le dessein de l'épouser, s'il se trouve digne d'elle ; mais l'honnête aventurier, qui l'aime également, ne peut se résoudre à lui révéler son nom & son secret, tant qu'il aura à redouter la vengeance de son pere.

Cependant le marquis du Catarre & le comte de Vétille prétendent à la main, ou plutôt à la fortune de Livia. Pour comble de disgrace, Victor vient d'être reconnu en présence de cette aimable veuve, par un jockei qu'elle a nouvellement pris à son service, & auquel il a été forcé d'avouer que c'étoit bien lui qui avoit été secrétaire dans telle maison, & ensuite maître d'école à Messine, sous le nom de Brasco.

Victor est à peine sorti de l'embarras que lui a causé cette explication, qu'il est en butte à deux nouvelles reconnoissances. Le marquis du Catarre se rappelle qu'il a été son médecin a Gaëtte, sous le nom du docteur Saturnino ; & le comte de Vétille, qu'il a plaidé pour lui à Florence, où il portoit le nom de l'avocat Stentor, & qu'il l'a vu figurer à Naples comme auteur dramatique.

Il faut convenir que toutes ces métamorphoses donnent à Victor l'air d'un véritable aventurier, & Livia n'est pas à s'en appercevoir. Mais tout cela ne sauroit anéantir son amour pour ce François, & elle conserve toujours les mêmes sentimens. Le marquis & le comte en sont furieux, & c'est pour se débarrasser de Victor, qu'ils vont ensemble le dénoncer au vice-roi, auquel ils surprennent un ordre qui enjoint à leur rival de sortir de la Sicile.

Au moment où ils viennent eux-mêmes le faire mettre à exécution, Victor recoit une lettre de son ami ; une maladie tres-grave l'avoit, jusqu'à ce moment, empêché d'écrire. Il lui apprend que le président est mort, & que, désespéré d'avoir persécuté son fils pendant si long-tems pour un moment d'inconsidération, il l'a pardonné avant de mourir, & lui a donné tous ses biens. Voilà donc Victor reconnu pour le chevalier d'Aubeville. Ses rivaux sont confondus ; mais ils ne s'empressent pas moins d'aller faire révoquer l'ordre qu'ils ont surpris au vice-roi. Livia est au comble du bonheur, & d'Aubeville l'épousera, lorsque la douleur que lui inspire la mort de son pere, lui permettra, en s'appaisant, de se livrer à des sentimens plus tendres.

Le fond de cette comédie est, comme on voit, assez singulier ; mais il n'en est pas pour cela moins piquant, & elle n'en renferme pas moins des détails très-agréables, tels que les incidens relatifs à une bourse de séquins & plusìeurs autres. La scene où Victor fait accroire au marquis du Catarre qu'il va tomber en apoplexie, n'est pas de ce genre ; elle est trop imitée des farces italiennes, & elle jette, sur ce personnage, un vernis d'imbécillité fort désagréable pour ceux qui aiment la bonne comédie.

On remarque encore, dans celle-ci, un rôle de niais ; mais aujourd'hui où n'en trouve-t-on pas un pour le moins ? On pourroit aussi reprocher à M. Lebrun quelques invraisemblances. Peut-on bien présumer, par exemple, qu'un jeune homme, contraint à l'inproviste [sic] de se réfugier dans un pays étranger, en connoisse assez bien les loix, les costumes & la langue pour s'y montrer tour-à-tour comme maître d'école, avocat, médecin, & auteur dramatique ? Cette invraisemblance, & quelques autres qu'il seroit trop long de faire remarquer, n'est-elle pas un peu trop servilement imitée de celles dont fourmillent la Donna di Garbo, & quelques autres comédies du théatre italien de Goldonï ? C'est ce que M. Lebrun Tossa , qui se montre d'ailleurs avec avantage dans la carriere dramatique, est à portée d'examiner aussi-bien que nous.

César : première le 31 janvier 1793. 33 représentations en 1793, 6 en 1794, jusqu'au 15 mars. Dans la préface de l'édition de 1798, en un acte, Lebrun Tossa parle de cent représentations. Reprise le 28 mai 1798, au Théâtre de Montansier, pour 20 représentations jusqu'au 23 novembre 1798. La brochure de l’an 6, donne la date de 9 prairial an 6 comme première au théâtre Montansier, comme s'il s'agissait d'une véritable première. Mais la pièce est passée de deux actes à un acte, après avoir connu une version en cinq actes que l’auteur n'a pu faire représenter.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×