Les Mœurs du jour, ou l'École des jeunes Femmes

Les Mœurs du jour, ou l'École des jeunes Femmes, comédie en 5 actes, en vers ; par le cit. Colin-d'Harleville. 7 thermidor an 8 [26 juillet 1800].

Théâtre de la République

Titre :

Mœurs du jour (les), ou l'École des jeunes Femmes

Genre

comédie

Nombre d'actes :

5

Vers ou prose ,

en vers

Musique :

non

Date de création :

7 thermidor an 8 [26 juillet 1800]

Théâtre :

Théâtre de la République

Auteur(s) des paroles :

Collin d’Harleville

Almanach des Muses 1801

Sophie, épouse de Dorval, jeune officier français, est restée à la campagne chez Formont son frère, tandis que son mari se bat contre les ennemis de son pays. Elle s'ennuye bientôt de la vie monotone qu'elle mène, et vient à Paris chez M. Morand, son oncle, nouvel enrichi. La société de M. Morand est fort mal composée, ce sont des jeunes gens et des femmes à la mode. Sophie s'est liée avec eux, et vole de plaisirs en plaisirs, de fêtes en fêtes ; Paris enfin lui paraît un séjour enchanteur. Dans le nombre des jeunes gens qui s'attachent à elle, est un certain Dericourt, espèce de roué, dont les graces, les airs, l'esprit, ou plutôt le jargon lui plaisent beaucoup ; elle l'aime même sans s'en douter. En vain Formont son frère, homme sage, simple et franc, ; en vain madame Heuler, femme estimable, que des malheurs ont réduite à donner des leçons de dessin pour subsister, essayent de garantir Sophie des piéges qu'on lui tend : une madame Verneuil Florvelle, fils de M. Morand, et Dericourt sur-tout, ont pris sur elle un tel ascendant qu'elle n'écoute ni les prières, ni les remontrances, ni les ages conseils de son frère et de son amie. Dericourt même est sur le point d'obtenir d'elle son portrait ; mais par bonheur Formont le surprend au moment où Sophie alloit le donner, et feint de croire qu'il a été fait pour lui. Dericourt songe aux moyens de se dédommager de la privation qu'il éprouve. Il est question d'un bal pour le soir, Sophie doit y a, et là, d'accord avec madame Verseuil, Dericourt doit enlever Sophie et passer la nuit avec elle. Ce projet n'est pas si bien concerté que madame Heuler et Formont n'aient conçu quelques soupçons. Formont doit même aller, contre son ordinaire, trouver sa sœur au bal. Dans ces entrefaites arrive Dirval presque au moment où Florvelle a ramené sa cousine échappée au danger qui la menaçait. Sophie ouvre les yeux, elle s'apperçoit qu'elle marche sur le bord d'un précipice, elle veut retourner à la campagne, et quitter pour jamais Paris. Dericourt arrive pour se plaindre du brusque départ de Sophie ; il apprend le retour de Dirval, et prend congé d'elle. Les époux sont bientôt réunis, et Sophie dans les bras de son mari, de son frère et de madame Heuler, jouit d'avance du bonheur qui l'attend dans un séjour paisible et champêtre.

Peu d'action, peu d'intérêt, mais une situation comique au troisième acte ; un style aimable et facile ; des détails charmans.

Sur la page de titre de la brochure, Paris, chez Huet, chez Charon, an viii (1800) :

Les Moeurs du jour, ou l'école des jeunes femmes, comédie en cinq actes et en vers, Par Collin-Harleville, membre de l'institut national. Représentée, pour la première fois, sur le Théâtre Français de la République, le 7 Thermidor an viii.

Le texte de la pièce est précédée, non d'une préface, mais d'un avertissement :

Je ne ferai point une préface pour répondre aux critiques qu'a essuyées ma pièce. Un auteur a toujours mauvaise grace à défendre son ouvrage (*). Je fais mieux, je crois, que de disputer ; je corrige, autant que je le puis. Si je me permettais un mot d'apologie , ce serait contre le reproche d'immoralité que l'on a fait à la comédie des Moeurs du Jour, reproche auquel, il faut l'avouer, j'étais loin de m'attendre. Il est vrai que le censeur qui trouve ma pièce immorale, reconnaît en moi la pureté des intentions : c'est quelque chose, au moins. J'espère que les mères de famille me rendront encore plus de justice. Leur confiance sera la plus douce récompense de mon travail.

Saisirai-je cette occasion, pour me plaindre de l'audace avec laquelle on ose, impunément, contrefaire les ouvrages d'un auteur, même avant qu'ils soient imprimés ? Mais quoi ! j'ai dénoncé, dès le commencement, ce vol manifeste, aux lecteurs délicats ; c'est à la police à faire le reste. On sait que le poëte comique ne poursuit que les coupables que la loi ne peut atteindre.

C'est un bien faible désagrément, en comparaison de l'accueil indulgent et aimable que le public a fait à ma pièce. On le calomniait bien légèrement, ce public ; il a prouvé, en cette occasion, qu'il savait apprécier la morale saine et pure, fût-elle un peu sévère, embellie, il est vrai, par le jeu si parfait des acteurs. J'ai reconnu avec délice, que des deux Paris décrits dans ma pièce, si l'un est plus brillant , l'autre est bien plus nombreux.

C: H.           

(*) Qu'il me soit permis cependant de réclamer contre l'affectation qu'ont mise quelques personnes, à voir dans ma pièce des calembourgs et des jeux de mots. D'abord, quand j'en aurais mis quelques-uns dans la bouche de jeunes fats, ce n'eût été qu'un trait de vérité de pļus. Eh bien ! je ne me le suis permis qu'une fois, (a la fin de la scène 4.me du 1.er acte ;) car je proteste contre le prétendu calembourg, de prendre racine, qui serait en effet bien mauvais, mais que je n'ai jamais eu dessein de faire. J'ai employé cette expression, sans malice, comme la Bruyère, en parlant de ce fleuriste, qui vit dans son jardin : « Vous le voyez (dit-il) planté, et qui a pris racine au milieu de ses tulipes. » Au reste, j'ai supprimé ce trait, tant l'ombre d'un calembourg me fait peur ! Que de petites critiques semblables il me serait aisé de réfuter !

Courrier des spectacles, n° 1240 du 8 thermidor an 8 [27 juillet 1800], p. 2 :

[L’article consacré dès le lendemain à la pièce de Collin d’Harleville se limite à relater le triomphe de la pièce. Applaudissements tout au long de la pièce, auteur demandé avec enthousiasme, comme l’acteur principal. Elle marque le retour à la scène de l’auteur, dont on avait craint la retraite. L’analyse est juste remise au lendemain de la deuxième représentation. L’article est suivi d’un court poème de Chazet (s’agit-il de René de Chazet, lui même auteur de théâtre prolifique ?), qui insiste sur la valeur moralisatrice de la pièce : tous y trouveront une salutaire leçon.]

Théâtre Français de la République.

La comédie en cinq actes et en vers, donnée hier pour la première fois, sous le titre de : les Mœurs du Jour, ou l’Ecole des Jeunes Femmes, a eu le succès le plus soutenu. Les applaudissemens se se sont fait entendre très-vivement depuis le premier acte jusques au cinquième. L’auteur a été demandé avec enthousiasme, et le citoyen Fleury qui pendant le cours de l’ouvrage n’avoit cessé d’être applaudi, quoique dans un rôle qui semble sortir de son emploi, est venu nommer le citoyen Colin d’Harleville. Ainsi cet auteur justement chéri du public reparoît sur la scène que l’on craignoit qu’il n’eût abandonnée. On est maintenant fondé à croire qu’il se voue de nouveau au service de Thalie.

Cette pièce est parfaitement montée. Nous en donnerons l’analyse après la seconde représentation.

A COLIN-D'HARLEVILLE,

En sortant de la première représentation de l’Ecole des jeunes Femmes.

            Toi qui de nos originaux
            Nous traces des portraits fidèles,
      Colin, tu faiis, par tes brillans tableaux,
            Sourire jusqu'à tes modéles :
Les bravo te l’ont dit : ton ouvrage est charmant,
Toujours il nous instruit, jamais il ne nous lasse ;
            Chaque vers est un sentimemt,
            Chaque pensée est une grace
      Nous égayant pour nous rendre meilleurs,
            D’un monde pervers et frivole
Tu nous peins à grands traits les funestes erreurs ;
Du vice et du faux goût brisant la double idole,
            Les femmes pour former leurs cœurs,
            Les hommes pour polir leurs mœurs
            Viendront en foule à ton École.

Chazet.

Courrier des spectacles, n° 1242 du 10 thermidor an 8 [29 juillet 1800], p. 2 :

[Deuxième article donc, qui confirme dès l’abord le succès de la pièce, avant e se lancer dans l’analyse de la pièce. On y apprend que l'intrigue est centrée sur les envies de dévergondages d’une jeune femme bien naïve, venue de sa campagne à Paris, et les efforts de son frère qui contrarie avec habileté les entreprises de celui qui tente de la séduire. Au retour du mari, elle retrouve le chemin de la vertu et de la campagne, qu’elle aurait mieux fait de ne jamais quitter. Le jugement porté sur la pièce ne confirme guère l’enthousiasme du public : pièce à l’intrigue « extrêmement foible », sans l’action dont une comédie a bien besoin. Les actes sont très longs, faits de conversations que sauvent le style (« agréable et naturel ») et les détails (« délicieux »). Mais le critique ne trouve que deux scènes à citer, celles des interventions de Formond. La pièce est bien jouée, et c’est l’occasion de rendre compte au talent neuf de Fleury, ainsi que celui des actrices qui l’entourent.]

Théâtre Français de la République.

La seconde représentation de la comédie, les Mœurs du Jour, n’a pas eu moins de succès que la première. Voici l’analyse de cet ouvrage.

Derval, officier français, s’est vu obligé de s’éloigner de son épouse pour suivre l’armée. Il est tombé au pouvoir de l’ennemi, ce qui a prolongé son absence qui dure depuis deux ans et demie [sic]. Sophie, c’est le nom de Mad. Derval, tant pour se distraire que par une curiosité naturelle à son âge a, depuis six mois, quitté la campagne, sa demeure ordinaire, pour se rendre à Paris chez son oncle, nouvel enrichi, dont la maison est ouverte à tous les gens à la mode. Parmi ceux qui la fréquentent, est d’Héricourt, jeune homme qui se fait un jeu de séduire les jolies femmes, et que la conquête de Sophie tente au point de lui faire tout entreprendre pour réussir. Les fêtes, les parties de plaisirs, et sur-tout la société d’une Mad. Verseuil, amie particulière de l’oncle de Sophie, sont les armes dont d’Héricourt se sert auprès d’elle. Il a déjà fait de vives impressions sur son cœur, malgré les sages avis de Mad. Euler dont elle prend des leçons de dessin, et qui lui est très-attachée. Heureusement, Formond son frère, vertueux campagnard, n’a pas vu sans inquiétude son séjour à Paris et est venu l’y rejoindre. Il ne tarde pas à appercevoir les soins de d’Héricourt et à deviner ses vues. Envain veut-il en avertir sa sœur. La raison n’a pas encore en elle corrigé les inconséquences ; elle s’est laissée séduire par les plaisirs. I,'amour même l’aveugle ; d’Héricourt ne lui paroît qu’aimable Elle lui destine son portrait. que vient d’achever Mad. Euler ; elle va le lui remettre lorsque Formond. paroît, le surprend entre ses mains, feint de croire qu’il n’a été fait que pour lui. Sophie perd au jeu deux cent louis. Elle ne sait pas à qui s’adresser pour trouver cette somme. Les conseils de Mad. Verseuil l’engagent à l’accepter de d’Héricout. Déjà elle en a fait à 1ui-même l’imprudente promesse, lorsque le prévoyant Formond lui apporte six mille francs qu’il dit lui être envoyés par son époux. D’Hériconrt toujours contrarié par la présence de Fromond, entraîne Sophie au bal, d’où il espère la faire enlever. Elle ouvre enfin les yeux, et conduite par Forvel son jeune cousin, rival de d’Héricourt; elle rentre dans la maison de son oncle, où son mari lui même est arrivé peu de momens avant. Revenue de ses erreurs et de la préférence qu’elle donnoit à la capitale, elle retourne avec plaisir à son village, dans la compagnie de son mari et de son respectable frère.

Tel est à-peu-près le fonds de la nouvelle pièce en cinq actes et en vers, du cit. Colin. L’intrigue est extrêmement foible, ce qui prive cet ouvrage de l’action que l’on desire rencontrer dans une comédie. Celle-ci dont les actes sont fort longs se passe en conversations, le style en est si agréable et si naturel, les détails en sont si délicieux, que l’on ne peut se permettra de les critiquer. On regrette cependant de n'avoir que peu de scènes à citer ; telles sont celle où Formond s'approprie le .portrait destiné à d’Héricourt, et celle où il vient rapporter six mille francs à sa sœur.

Cet ouvrage est généralement bien joué, mais le citoyen Fleury, si admirable dans le personnage du Conciliateur, l’est peut-être encore plus dans celui de Formond qui, présentant un genre tout-à-fait neuf au théâtre, prouve de plus en plus les talens de cet acteur si universellement aimé.

Mesdames Contat et Mézeray remplissent également bien les rôles de Mad. Euler et de Sophie.

Magasin encyclopédique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, VIe année, tome second, an VIII (1800), p. 555-556 :

[La pièce nouvelle marque le retour de Collin d’Harleville sur la scène parisienne (devenue française...). Le récit de l’intrigue montre la naïveté d’une jeune femme dont le mari est absent, avant de rentrer dans le droit chemin au retour de son mari. Pour le critique, elle manque d’action (trop bavarde), elle est un peu vide : il s’agit d’« ouvrir les yeux à Sophie plutôt au cinquième acte qu'au premier », élégante façon de dire que le dénouement n’est pas une surprise. Elle se déroule dans un milieu peu représentatif de la société du temps. C’est son style qui vaut le mieux, malgré la concession à la mode « des calembourgs et des jeux de mots ». Une scène (« la scène du mari ») jugée « pas très-décente ». Mais les acteurs sont brillants.]

Les Mœurs du jour, ou l'Ecole des jeunes femmes.

Colin d'Harleville semblait avoir abandonné la scène française, où ses ouvrages avoient été si bien accueillis. La pièce jouée le 7 thermidor est de lui. En voici l'analyse :

Derval a été obligé de quitter Sophie, son épouse, pour suivre l'armée. Il a été fait prisonnier, ce qui a prolongé son absence. Sophie a quitté la campagne pour vivre à Paris, chez son oncle, nouvel enrichi, dont la maison est ouverte à tous les gens à la mode. Déricourt, l'un de ces hommes qui se font un jeu de séduire les femmes, a eu l'art de se faire aimer de Sophie, et la croit déja au nombre de ses conquêtes ; mais Formond , son frère, et M.me Euler, sa maîtresse de dessin et son amie, contrarient à chaque instant les vues de Déricourt. C'est en vain que Formond voudroit persuader à sa sœur de quitter cette ville fatale, qu'il veut l'emmener à la campagne ; le torrent l'entraîne, et elle s'y abandonne. Elle est prête à donner à Déricourt son portrait, qu'a fait M.me Euler, lorsque son frère paroît et se l'approprie, feignant de croire qu'il a été fait pour lui. Bientôt après, elle perd au jeu deux cents louis ; elle va les emprunter de Déricourt, lorsque Formond lui apporte six mille francs qu'il dit que son époux lui envoie. Enfin elle se laisse conduire à un bal, où Déricourt a tout disposé pour l'enlever ; elle ouvre les yeux, revient chez son oncle, et y trouve son mari, arrivé quelques heures auparavant. Revenue de ses erreurs, elle se décide à quitter la capitale, et à retourner à la campagne avec son mari et son frère. Tel est le fond de la nouvelle pièce en cinq actes et en vers. Elle manque d'action ; les conversations et les descriptions y sont multipliées. On y remarque un certain vide qui n'est rempli que par la manière intelligente dont les acteurs ont joué leurs rôles. Il n'y a aucun motif pour ouvrir les yeux à Sophie plutôt au cinquième acte qu'au premier. On peut faire aussi à l'auteur le reproche qu'on a adressé au C. Picard, lors de la pièce de l'Entrée dans le monde, d'avoir choisi une classe de gens d'après laquelle on ne peut pas juger les mœurs du jour. Le style est la partie la plus parfaite de la pièce du C. Colin d'Harleville ; on peut lui reprocher cependant d'avoir cédé au goût du jour, et d'y avoir laissé introduire des calembourgs et des jeux de mots. La scène du mari n'est pas très-décente. Quant aux acteurs, Fleury est excellent; M.lle Mézerai y est charmante. Pour M.lle Contat, elle a l'art de faire applaudir les mots les plus simples.

L’Esprit des journaux français et étrangers, vingt-neuvième année, tome XII, fructidor an VIII [août-septembre 1800], p. 189-192

[La pièce nouvelle est d’un grand maître de la comédie, et elle n’est pas très réussie aux yeux du critique. Il va donc devoir en montrer à la fois les insuffisances et les qualités. L’intrigue, qu’il résume, est sans surprise, et le jugement qu’il porte sur elle est sévère (insuffisante pour remplir cinq actes, et pas vraiment neuve). De plus, la pièce est immorale, malgré les intentions pures de l’auteur (et d’autres pièces sont dans la même situation). Du côté des qualités, la qualité du dialogue et de la versification, deux très bons actes (il en reste trois moins brillants !), «  en un mot, cette pièce, enrichie des plus beaux détails, ne pèche réellement que par la foiblesse du canevas » (ce qui n’est pas peu), et il suffirait de quelques coupures pour qu’elle reste au répertoire. Les acteurs sont excellents, et l’auteur a été nommé.]

THÉATRE FRANÇAIS DE LA REPUBLIQUE.

Les Mœurs du Jour, ou l'Ecole des Jeunes Femmes, comédie en cinq actes & en vers.

La première représentation de cette pièce a obtenu dernièrement de nombreux applaudissemens ; en voici le fond :

Sophie Dirval, jeune femme de province, dont le mari est prisonnier de guerre hors de France, vient passer l'hiver à Paris chez un de ses oncles, commerçant comme il y en a tant ; elle y prend bientôt le goût de la parure, de la dissipation, & elle finit par perdre le souvenir de sa province. Deux fats lui font la cour, Florvelle & Dericour : d'abord elle n'éprouve aucun amour pour eux ; mais, peu à peu & sans le savoir, elle prend du goût pour le dernier ; Formont, frère de Sophie, & nouvellement arrivé de Mortagne, apperçoit le danger que court cette étourdie, &, de concert avec une femme vertueuse (Mme. Hewller), cherche à l'éloigner des piéges qu'on tend à son inexpérience, il l'empêche de donner son portrait à Dericour ; il prend un moyen aussi adroit que délicat pour l'empêcher d'emprunter à cet homme taré deux cents louis qu'elle a perdus au jeu ; enfin , il la préserve de toute atteinte jusqu'au moment où, entraînée au bal de l'Opéra par ce Dericour qu'elle aime, elle reconnoît positivement en lui des intentions perfides & outrageantes ; Sophie se repent alors de ses travers ; elle forme même déjà le vœu de retourner en province, lorsque Dirval , son mari, revient inopinément, & achève, sans s'en douter, de la ramener à ses devoirs.

Il est aisé de voir par cette analyse que le fond de la pièce est insuffisant pour cinq actes, & a quelque ressemblance avec d'autres comédies connues, telles que la Coquette corrigée [pièce de de La Noue, jouée en 1756] & l'Entrée dans le monde ; à ce défaut, on doit en ajouter d'autres que de charmans détails n'ont pu cacher entièrement. La jeune Sophie, que l'auteur semble vouloir nous présenter comme une femme plus inconséquente que criminelle, ne paroît pas telle au public ; les moyens qu'on met, ou qu'on suppose mis en usage pour la séduire, n'ont rien d'assez attrayant, d'assez insidieux pour servir d'excuses à ses fautes & pour inspirer un vif intérêt ; c'est de bon gré qu'elle se dispose à être victime, & son frère a plus de peine à combattre ses dispositions naturelles qu'à la défendre des entreprises du galant. Quant à Dericour, l'observation précédente indique assez qu'il n'est qu'un très-foible lovelace. Le personnage de Mme. Hewller est estimable sous le rapport de la morale, mais il n'offre que peu de nuances, peu de développement, & c'est même là, osons le dire, le défaut de presque tous les autres. A l'égard du dénouement, qu'on se reporte à l'analyse de la pièce, & l'on jugera facilement qu'il a des modèles sur tous les théâtres, & qu'il joint à ce défaut celui d'être prévu dès le premier acte ; pour en faire une critique plus forte encore, il suffit de dire qu'il faire [sic] rire tout le monde aux dépens de l'honnête mari, arrivé fort à propos pour n'être pas....: trahi, & embrassant avec transport une femme que le hasard seul empêche d'être coupable ; la gaîté qu'inspire une pareille situation prouve assez que l'auteur a manqué son but, & qu'il a fait une pièce immorale (tranchons le mot) avec les intentions les plus pures..... C'est ce qu'il est presqu'impossible d'éviter, lorsqu'on veut traiter des sujets de cette espèce. Le C. Picard, ayant de pareils motifs à employer dans son entrée dans le monde, n'a pu échapper à la même censure....... On se rappelle aussi le sort de Camille. Quoi qu'il en soit, l'ouvrage dont nous faisons un examen si sévère offre de grandes beautés qui, seules, suffiroient pour établir la réputation d'un jeune auteur, ou, ce qui n'est pas moins, pour soutenir celle d'un grand maître ; le dialogue en est simple, abondant & gracieux. Il est semé de vers charmans, où l'art semble n'être pour rien, & où l'esprit le plus délicat se fait sentir sans chercher à étinceler ; le second & le troisième actes sont dignes de nos meilleures comédies ; le double tableau de Paris, fait par le bon provincial Formont, est un chef-d'œuvre; en un mot, cette pièce, enrichie des plus beaux détails, ne pèche réellement que par la foiblesse du canevas, & peut, malgré ce défaut, être regardée comme une de nos productions les plus aimables ; nous pensons même qu'au moyen de quelques coupures, l'auteur parviendra facilement à la maintenir sur le répertoire, & à la rendre tout à fait digne de lui.

L'ouvrage est joué avec un talent digne des plus grands éloges, par Mmes. Contat & Mezerai, & par les CC. Fleuri, Grandmenil, Dazincourt, St.-Phal, Damas & Armand.

L'auteur a été demandé & nommé ; c'est le C. Collin-d'Harleville.

Rapports et discussions de toutes les classes de l'Institut de France sur les ouvrages admis au Concours pour les Prix décennaux, novembre 1810,, p. 19 :

Les Mœurs du jour, comédie en cinq actes et en vers, par Colin d'Harleville, jouée en l'an 8, a eu seize représentations. L'idée en étoit bonne ; mais l'exécution est également au-dessous du sujet et au-dessous du talent de son estimable auteur.

D’après la base La Grange de la Comédie Française, la pièce de Collin d’Harleville, créée le 26 juillet 1800, a été jouée 24 fois jusqu’en 1803.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×