Créer un site internet

La Veille d'une grande fête

La Veille d'une grande fête, hommage en un acte et en vers, mêlés de couplets, d'Aude neveu et Décour [Eugène-Hyacinthe Laffillard] précédé du Bouquet de Napoléon, par P.-C. Le Comte.

Il ne semble pas que la Veille d'une grande fête ait été représenté.

Sur la page de titre de la brochure, à Paris, chez Hénée, 1808 :

La veille d’une grande fête. Hommage en un acte et en vers, mêlée de couplets. Par MM. Aude, neveu, et Décour.

La liste des personnages est éloquente : elle s'ouvre par Mercure, le dieu messager, ,descendu du ciel pour se mêler aux humains ; puis vient la famille de Mathurin, un gros fermier, ses trois filles, Lise, Justine et Lucette et leurs trois « amans »; André, Delorme et Finassot ; ensuite, la liste des « autorités locales », largement militaires : le bailli, Sainville, colonel, Ernest lieutenant, Fusillac, vieux sergent gascon, Labrêche, vieux soldat, La Baguette, tambour-major (le nom de ces militaires est plutôt un surnom évocateur de leur fonction), Louise, vivandière  enfin, les notables, Dubreuil, riche propriétaire (la fête se déroule dans son parc), madame de Raincy, Sophie, la fille de Dubreuil. Madame de Raincy est « du conseiller-d'état […] l'estimable moitié ». Quant à Sophie, elle est promise au colonel Sainville. Lors du divertissement final, « Dubreuil, Sainville, Sophie et Madame de Raincy se placent sur les gradins » : ils sont les spectateurs d'une parade donnée par tous les autres personnages à la gloire de l'Empereur, sur l'air fameux « Où peut-on être mieux qu'au sein de sa Famille ». Et le spectacle s'achève par un ballet général et le tableau de cette magnifique fête patriotique.

Dans la brochure, le texte de la pièce est précédé du Bouquet de Napoléon, un long texte de Pierre-Charles Lecomte, qui se présente comme l’auteur des Fastes du génie militaire de Napoléon. Il y proclame la supériorité du génie militaire de Napoléon Ier sur tous les grands capitaines de l’histoire. En retraçant les événements à partir de 1799, il montre l’acharnement des Anglais contre la France, et l’apport essentiel de Napoléon à la tranquillité de l’Europe, dont seule l’Angleterre est exclue par sa volonté d’isolement.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×