Créer un site internet

Wenzel ou le magistrat du peuple

Wenzel ou le magistrat du peuple, opéra en 3 actes. Paroles de Fabien Pillet. Musique d'Ignace-Antoine Ladurner, 21 germinal an 2 [10 avril 1794].

[pas de date donnée par l'Almanach des Muses, où la pièce est intitulée Venzel ou le magistrat du peuple ; la brochure parue l'an II donne comme date le 21 germinal an 2, soit le 10 avril 1794.].

Théâtre national de la Loi

Titre :

Venzel ou le magistrat du peuple

Genre

opéra

Nombre d'actes :

3

Vers / prose

prose, avec couplets en vers

Musique :

oui

Date de création :

21 germinal an 2 (10 avril 1794)

Théâtre :

Théâtre National

Auteur(s) des paroles :

Fabien Pillet

Compositeur(s) :

Ignace-Antoine Ladurner

Almanach des Muses 1795.

Venzel, magistrat d'une petite ville, sur les frontières d'Allemagne, est partisan de la liberté, et par conséquent suspect dans son pays. On l'enferme dans une prison, et il est condamné à perdre la tête, comme ennemi de l'empereur. Mais Sophie, sa fille, aime un jeune officier français, se déguise, et va lui apprendre le danger que court son père. Valcourt, son général, et toute l'armée brûlent d'arracher cette victime au trépas. On attaque la ville ; ils y entrent victorieux, au moment où le malheureux Venzel alloit perdre la vie. On arbore le drapeau tricolore. Venzel est rendu à sa famille, et Sophie réunie à son amant.

Ouvrage très-bien conduit. De la chaleur, du succès.

Sur la page de titre de la brochure, à Paris, chez Maradan, an II :

Wenzel ou le Magistrat du peuple, opéra en trois actes, Présenté à la Convention Nationale le 2 Germinal de la deuxième année Républicaine, joué sur le Théâtre National le 21 du même mois. Paroles de Pillet : musique de la Durner.

Annales dramatiques, ou dictionnaire général des théâtres, tome IX, Paris, 1812, p. 298-299 :

VENZEL, ou Le Magistrat Du Peuple, opéra en trois actes , par M. F. Pillet, musique de Ladurner, 1795.

Venzel, magistrat d'une petite ville sur les frontières d'Allemagne, est partisan de la liberté, et, comme tel, suspect dans son pays. On le traîne en prison ; bientôt il est condamné à mort, comme ennemi de l'Empereur. Dans cette conjoncture, Sophie, fille de Venzel, amante aimée d'un jeune officier français, se déguise, et va lui faire part du danger que court son père. Valcourt, c'est le nom de l'amant de Sophie, son général, et toute: l'armée française, brûlent d'arracher cette victime au trépas. On marche, on attaque la ville, qui est prise en un instant : les Français y entrent au moment où le malheureux Venzel allait recevoir le coup mortel. On arbore le drapeau tricolor [sic] ; Venzel est rendu à sa famille, et Sophie réunie à son amant.

Cette pièce patriotique obtint du succès.

D’après la base César, la pièce a été jouée 9 fois au Théâtre National, du 21 mars au 8 août 1794.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×