Le Sage de l'Indostan

Le Sage de l'Indostan, drame philosophique en un acte et en vers, mêlé de chœurs de musique par Fabre d'Olivet, représenté à l'Institut des aveugles-travailleurs, par les aveugles eux-mêmes, et imprimé par eux. Dufay.

Drame non représenté.

Almanach des Muses 1798.

Présentation de la pièce par Léon Cellier, dans Fabre d'Olivet, contribution à l'étude des aspects religieux du romantisme, 1953 (Slatkine Reprints 1998), p. 54 :

V. Haüy eut l'idée de faire jouer la comédie par les aveugles, et il demanda à Fabre d'Olivet de composer une pièce spécialement pour ses élèves. Fabre écrivit aussitôt un drame philosophique, en un acte et en vers mêlés de chœurs et de musiques, le Sage de l'Indostan. Un sage dans une grotte médite et adore l’Éternel. Un vieillard amène un enfant aveugle au Sage pour qu'il le guérisse, mais le sage ne peut aller contre les lois de la nature ; du moins peut-il lui enseigner la sagesse. Comme naguère le Génie de la Nation, le Sage fait apparaître aux yeux du vieillard les aveugles illustres : Bélisaire, Milton, Sanderson, Homère. Ce dernier a été persécuté par ses concitoyens ; le vieillard s'indigne de l'indifférence dont les hommes supérieurs sont victimes. Mais le Sage inspiré prophétise ; il voit dans l'avenir des hommes au grand cœur, l'abbé de l’Épée, Valentin Haüy. Le fond du théâtre s'ouvre, et apparaissent groupés les aveugles travailleurs qui trouvent tous dans la musique une consolation à leur infirmité. L'enfant aveugle demande à aller dans ce séjour merveilleux. La pièce fut jouée au mois de juillet 1796 ; elle eut un succès considérable, et l'on dut donner plusieurs représentations.

Le texte de la pièce a été réimprimé en 1894.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×