Les Savoyardes, ou la continence de Bayard

Les Savoyardes, ou la continence de Bayard, opéra comique en un acte, paroles de M. de Piis, musique de M. de Propiac, 30 mai 1789.

Théâtre Italien.

Titre :

Savoyardes (les), ou la Continence de Bayard

Genre

opéra comique

Nombre d'actes :

1

Vers / prose ?

prose, avec des couplets en evrs

Musique :

oui

Date de création :

30 mai 1789

Théâtre :

Théâtre Italien

Auteur(s) des paroles :

M. de Piis

Compositeur(s) :

M. de Propiac

Sur les pages de titre de la brochure, à Paris, chez Brunet, 1789 :

Les Savoyardes, ou la continence de Bayard, comédie en un acte et en prose, mêlée d’ariettes, Représentée pour la première fois par les Comédiens Italiens ordinaires du Roi, le 30 mai 1789. Paroles de M. de Piis, Musique de M. de Propiac.

L’Esprit des journaux français et étrangers, 1789, tome VII (juillet 1789), p. 335-337 :

[Article repris au Mercure de France, n° 24 du 13 juin 1789.

Succès très incertain pour cette pièce, parce qu’elle fait jouer à un grand personnage un rôle bien peu digne de lui : Bayard en déshabillé ! Mais aussi parce que la pièce était trop riche en événements : la preuve, la deuxième représentation, après des coupures, a été bien plus favorable.

Un élément intéressant : la vérité historique n’a pas grande importance, et l’immoralité de la pièce ne semble pas trop choquante (il faut dire que tout est dit, dans le compte rendu, avec beaucoup de délicatesse).]

THÉATRE ITALIEN.

Le samedi 30 mai, on a donné la premiere représentation des Savoyardes , ou la continence de Bayard, opéra comique en un acte; par M. de Piis, mutique de M. de Propiac.

Tout le monde connoît l’aventure de Bayard à Grenoble. Il avoit chargé son valet-de-chambre de lui chercher une demoiselle de bonne volonté. Celui ci lui amena une jeune personne aussi belle que bien née, mais qui étoit réduite à la plus affreuse misere. Elle pleuroit, Bayard en voulut savoir la cause, elle fit connoître sa situation Le généreux chevalier la respecta, fit à sa mere une sévere, réprimande, & dota la jeune personne.

M. de Piis a arrangé cette anecdote à sa maniere. Il a transporté la scene en Savoie. Voici l'intrigue légere dans laquelle il a placé la continence de Bayard.

Maurice, prétendu de Jeannette, venoit de quitter son village, pour aller gagner de l'argent à Paris, quand l'apparition d'une armée françoise l'a fait revenir sur ses pas. Cette armée est celle que Bayard ramene d'Italie. Une partie des officiers & des soldats vient prendre ses logemens dans le village. Maurice, que la jalousie tourmente, enferme toutes les jeunes filles dans une grange ; & lorsque Bayard arrive, il ne trouve plus que de vieilles femmes. Mais un malin page découvre bientôt la retraite des premieres, & il les amene dans l'endroit où Bayard doit dîner. L'aspect de la belle Jeannette échauffe le chevalier, qui va jusqu'à lui donner un baiser, tandis que Maurice lui montre la lanterne magique. Maurice est furieux ;il éclate, on l'entraîne. Bayard réfléchit à son action, il en rougit, unit les deux amans, & leur fait à chacun un présent de cent écus d'or,

Qu’on ajoute à cela des détails relatifs à la vie laborieuse des habitans de la Savoie, un perſonnage d'enfant absolument oiseux, des marches, des évolutions militaires, des danses & des vaudevilles; on aura une idée de cette bagatelle où il y a de l'esprit, des tableaux, des situations piquantes, mais où les événemens sont si fort accumulés, qu'ils nuisent à l'intérêt. Le public n'a pas paru goûter cet ouvrage (*) : on en peut attribuer la cause au personnage de Bayard. S'il est difficile de présenter dignement au théatre un homme de cette importance, cela devient plus difficile encore dans un opéra comique. Il est peu d'actions où l'on puisse montrer un héros en déshabillé, d'une maniere digne de lui

On a donné des applaudissemens à plusieurs morceaux de musique, qui, en effet, nous en ont paru dignes ; mais nous avons aussi remarqué quelquefois de la recherche dans les motifs ; ce qui nous a d'autant plus frappés, qu'en général le ton de cette composition est ce qu'il devoit être, c'est-à-dire, facile & simple.

(*) La seconde représentation a été mieux accueillie, parce que l'auteur a fait des coupures qui ont resserré l'action.

Ajouter un commentaire