Le Tribunal redoutable, ou la Suite de Robert

Le Tribunal redoutable, ou la Suite de Robert, drame en cinq actes, par [le Citoyen Lamartelière]. (10 mars 1792 [le site Cesar donne comme date le 10 novembre 1792]).

Théâtre du Marais

La date du 10 mars est garantie par la Gazette nationale ou le Moniteur universel n° 70 du 10 mars 1792.

Le Tribunal redoutable, c'est la suite de Robert, chef de brigands, du même Lamarteilière.

Titre :

Tribunal redoutable (le), ou la Suite de Robert

Genre :

drame

Nombre d'actes :

5

Vers / prose

prose

Musique :

non

Date de création :

10 novembre 1792

Théâtre :

Théâtre du Marais

Auteur(s) des paroles :

La Martelière

Almanach des Muses 1794

Sur la page de titre de la brochure, à Amsterdam, chez les Libraires associés, 1793 ;

Le Tribunal redoutable, ou la Suite de Robert, chef de brigands, drame en cinq actes, en prose. Par Le Citoyen La Martelière.

Autres éditions, à Paris, chez Maradan, 1793, et chez André, an VIII. Le texte de la pièce y est précédé d’une préface où il évoque les ennuis que la pièce lui a causés :

PRÉFACE.

Cette pièce a eu l'honneur d'être dénoncée publiquement, parce qu'il a plu à quelques personnes d'y trouver des rapports entre la situation des personnages et celle de nos affaires politiques. On fut même jusqu'à délibérer en plusieurs endroits, et notamment au Palais ci-devant Royal, s'il ne seroit pas convenable de venir me demander raison de l'ouvrage.

Quelque dangereux que pût être pour moi le résultat de cette délibération, dans un tems surtout où l'on mettoit si peu de différence entre le soupçon et le crime (1), j'attendis cette visite avec confiance ; parce qu'il est dans mon caractère de ne point craindre, comme dans mes principes de ne point faire le mal.

Je restai donc chez moi ; mais on avoit sans doute changé d'avis, et j'en fus quitte pour quelques réflexions que je fis pardevers moi, sur la liberté de la presse.

Il étoit aisé de me justifier des inculpations absurdes qu'on avoit dirigées contre moi.

La première de ces deux pièces, faite long-tems avant la révolution, est, comme on sait, imitée de l'Allemand.

La seconde est une continuation de la même intrigue, un tableau de cette institution atroce, connue en Allemagne sous le nom du Tribunal secret.

Comme ces deux ouvrages ne présentent que des faits du quinzième siècle, il ne seroit pas moins ridicule de les adapter aux circonstances actuelles que de placer le bonnet rouge sur la tête de Rhadamiste.

C'est pourtant ce qui m'est arrivé : mais l'amour de la paix a seul pu me déterminer à y faire les changemens que l'on sembloit exiger et que le sujet ne comportoit pas.

Je l'offre donc ici au public telle que je l'ai faite et conçue. Quant à mes opinions, je n'ai qu'un mot à dire : c'est que l'homme qui par goût plutôt que par besoin passe sa vie à cultiver les beaux arts, est naturellement ami de la liberté et de toutes les vertus qui l'accompagnent.

L’Esprit des journaux français et étrangers, 1793, volume 2 (février 1793), p. 299-304 :

[Un drame, et le drame est un « genre bâtard, qui nous prive de la vraie comédie, sans la remplacer ni par le but moral, ni par le sentiment le plus propre à adoucir les peines de la condition humaine, sentiment qui est sans contredit le rire ». Un bon drame, avec tous els défauts et les qualités du genre. Mais un drame. Compte rendu intéressant pour comprendre la place que le drame (on pourrait dire le mélodrame,) est en train de prendre sur la scène théâtrale, qui est à la fois fasciné et repoussé par cette monstruosité dramatique.]

THÉATRE DU MARAIS.

Tribunal redoutable, ou la suite de Robert, drame en cinq actes.

Avant de parler du Tribunal redoutable, ou la suite de Robert, nous dirons un mot du Tribunal secret, établissement monstrueux qui, pendant plus d'un siecle, a fait trembler une grande partie des peuples de l'Europe. Ce tribunal de sang, si redoutable dans le commencement du quinzieme siecle, & qui fut créé par les francs-comtes & les francs-juges de Westphalie, avoit un rapport très-direct avec la secte des llluminés, dont les progrès ont été très-rapides, il y a quelques années, en Allemagne, & sur lesquels Luchet nous a donné des mémoires extrêmement curieux. L'origine des francs-comtes & des francs-juges remonte au regne de Charlemagne : ils prétendoient avoir été substitués aux commissaires impériaux (missis per tempora discurrentibus, &c.), qui alloient tous les ans, & même plus souvent, faire leur tournée dans l'Empire, pour juger souverainement au nom de l'empereur. Ces commissions extraordinaires, établies par Charlemagne, ont sans doute donné naissance au Tribunal secret (Heimliche acht), qui leur est postérieur : personne ne connoissoit les francs-juges (Freìschoepfen) qui s'étoient engagés, par le serment le plus terrible, à livrer pere, mere, frere, sœur, ami ou parent, sans exception, s'ils avoient commis quelque crime secret que la loi ne pût atteindre. Les coupables étoient immolés en quelque lieu qu'ils se retirassent ; &-par toutes sortes de moyens. Ce tribunal, par une seule sentence rendue dans les ténebres, mettoit en mouvement cent mille assassins, & il étoit impossible de se soustraire à leur poursuite. Il existe un drame, traduit de l'allemand, par Debok, où les arrêts de ce tribunal sont mis en action de la maniere la plus effrayante. Il est aisé de voir qu'il a fourni quelques idées au citoyen de la Martelliere, auteur du Tribunal redoutable, qu'il a intitulé Suite de Robert, quoiqu'il tienne très-peu à cet ouvrage.

Robert, après la mort de son pere & de Sophie, est rentré dans ses états : il est chef du Tribunal secret, dont les membres, ainsi que ceux de son conseil & de sa cour, sont les mêmes brigands qu'il a commandés dans les forêts de la Bohême ; mais on sait que ces brigands sont les plus honnêtes gens du monde. Cependant le tyran du comté de Marbourg est tombé sous le glaive du Tribunal secret ; c'est Robert qui l'a frappé. Le fils du comte, le jeune Adolphe, errant & chassé de ses états, est obligé de se réfugier, avec Julie son épouse, dans une caverne, où un vieillard, soutenu par les bienfaits de Robert, a soin de leur subsistance. Des bruits calomnieux se répandent contre Robert ; on prétend qu'il a assassiné le jeune Adolphe, & enlevé son épouse. Des députés du comté de Margbourg, qui viennent lui offrir la souveraineté, sont les premiers à l'accuser de ces crimes. Robert repousse ces injures ; mais il se décide à questionner le vieillard Bertrand, sur les hôtes qu'il nourrit dans sa caverne. Le jeune Adolphe, qui ne connoît point 1'assassin de son pere, ne voit, dans Robert, que le bienfaiteur de Bertrand & le sien. Adolphe parle de venger son pere sur Robert : Robert l'engage à venir se présenter à cet ennemi inconnu pour lui, & l'assure qu'en le voyant il changera de sentimens. Cependant les accusations s'accumulent contre Robert ; & c'est Maurice, son frère , qui s'est sauvé à la nage dans le Mein, qui les répand contre lui pour le faire périr, & rentrer dans ses états. Julie a été enlevée au nom de Robert. Julie se plaint à Wolbak, son frere, ami intime de Robert, & franc-juge du Tribunal secret. Wolbak, au désespoir, se décide à accuser son ami : le Tribunal s'assemble, & Wolbak en effet accuse Robert d'avoir assassiné Adolphe, & d'avoir enlevé Julie. Wolbak va plonger un poignard dans le sein de Robert : on demande la preuve de ses crimes, Wolbak fait paroître Julie ; mais Julie ne reconnoît point en lui son ravisseur, & Wolbak se précipite dans les bras de Robert, qui lui pardonne. Bientôt le jeune Adolphe, qui reçoit son épouse des mains de Robert, pardonne à ce dernier la mort d'un pere, sur lequel il n'ose prononcer. Maurice, qui veut exciter une sédition, est arrêté & remis entre les mains du Tribunal secret ; mais Robert obtient sa grace, & Maurice, pressé par ses remords, se jette aux pieds de son généreux frere, & lui jure une amitié & une reconnoissance éternelles.

Tel est le fond de cet ouvrage, que nous n'avons pu esquisser que très-légérement, attendu qu'il est rempli de mouvemens, & que 1'intrigue en est très-compliquée : ce ne peut être la suite de Robert, puisqu'on n'y retrouve que lui de tous les personnages qui ont intéressé dans le premier ouvrage, & qu'en changeant ici le nom du chef du Tribunal redoutable, ce drame deviendroit tout-à-sait nouveau pour le public : ce ne sont plus ces mêmes brigands qu'on a vus, dans Robert, punir de prétendus coupables, pour s'approprier leurs bijoux & leurs biens : on n'y voit au contraire, que des caracteres magnanimes, des sentimens élevés & le courage de la vertu : de ce côté les vraisemblances sont donc blessées, en admettant que ce drame soit la Suite de Robert. L'exposition n'est point assez claire ; il y a de l'embarras & de la lenteur dans la marche du second & du troisieme acte ; le dénouement n'est point assez satisfaisant, en ce que le spectateur désireroit que l'odieux Maurice fût frappé de mort par un arrêt du Tribunal redoutable ; le style est souvent aussi très négligé ; mais malgré tous ces défauts, cet ouvrage est fait pour attirer la foule, & l'attirera sans doute. Il y regne un vif intérêt de curiosité ; l'action y est chaude & pressante ; les situations y sont pénibles & ménagées avec art ; le quatrieme acte sur-tout est superbe : le personnage de Robert, quoique moins important que dans le premier drame, y est encadré de la maniere la plus heureuse : tout concourt à faire briller ses vertus & à rendre sa position intéressante. En un mot, ce drame, comme tous les drames, est un composé d'invraisemblances, de trivialités, d'originalité, de vertus sublimes, de sentimens exaltés, de situations romanesques, de caracteres extraordinaires, de rencontres surnaturelles, &c. &c. Tout y est arrangé pour rendre un seul personnage intéressant : c'est la charpente faite pour soutenir la bâtisse d'une voûte ; toutes les pieces de bois n'y tiennent que par le moyen d'une simple clef : ôtez cette clef, tout tombe !... Est-ce là la bonne comédie ?..: Le citoyen de la Martelliere a un talent décidé : il a des combinaisons sûres, de l'art pour conduire une intrigue, du trait, de la rapidité dans le dialogue : nous l'engageons à abandonner les drames, genre bâtard qui nous prive de la vraie comédie, sans la remplacer ni par le but moral, ni par le sentiment le plus propre à adoucir les peines de la condition humaine, sentiment qui est sans contredit le rire.

L'auteur a placé dans cette piece le songe de François, du drame des Brigands de Scheller [sic], qui, à notre avis, est un des chefs-d'œuvres de style & d'images poétiques dont abondent les théatres allemands. Le citoyen Baptiste joue, avec ce rare talent qui lui est propre, le rôle de Robert, & le citoyen Perroud est très-bien dans celui de Wolback. Cette piece est mise avec un soin qui fait honneur au goût & au zele du citoyen Langlois : il y a des décorations très- pittoresques, & les costumes y sont très-soignés.

D’après la base César, la pièce a été jouée 12 fois au Théâtre du Marais, du 10 novembre 1791 au 27 février 1793.

(1)C'étoit peu de tems après les horribles journées des 2 et 3 septembre

Ajouter un commentaire

Anti-spam