La Paix ou le Pari singulier

La Paix, ou le Pari singulier, vaudeville par MM. Barré, Radet et Desfontaines, 2 décembre 1809.

Théâtre du Vaudeville.

La paix qu’il s’agit de célébrer, c’est celle qui est signée à Schönbrunn, le 14 octobre 1809. Elle suit la victoire française de Wagram et marque l’affaiblissement militaire de l’Autriche, condamnée à demander un armistice le 10 juillet et à accepter de dures conditions de paix.

Titre

Paix (la), ou le Pari singulier

Genre

vaudeville

Nombre d'actes :

1 ?

Vers / prose ?

prose, avec des couplets en vers

Musique :

vaudevilles

Date de création :

2 décembre1809

Théâtre :

Théâtre du Vaudeville

Auteur(s) des paroles :

MM. Barré, Radet et Desfontaines

Magasin encyclopédique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, 14e année, 1809, tome VI, p. 396-397 :

[Le compte rendu se borne à énoncer des faits indiscutables, sans aucun jugement. La pièce est donnée lors d’une représentation gratuite, à l’occasion de l’anniversaire du sacre de l’empereur et de la bataille d’Austerlitz. L’intrigue comporte l’indispensable mariage, qui unit très symboliquement un Autrichien à la jeune Française, plutôt qu’un Anglais qui souhaitait la défaite de la France. Le nom des auteurs est donné, sans aucun commentaire.]

THÉATRE DU VAUDEVILLE.

La Paix ou le Pari singulier, joué le 2 décembre.

On a joué, pour la première fois, au Vaudeville, le jour de la représentation gratis, une bluette ayant pour titre : la Paix ou la Fête du Village.

Un Anglois, prisonnier à Verdun, s'amuse à faire des paris, et à courtiser les jeunes filles. Il demande à M. Robin, charpentier la main d'Agathe sa fille ; M. Robin ne veut marier Agathe, que lorsque la paix aura été proclamée. L'Anglois parie que la paix n'aura pas lieu ; il propose, s'il perd, de payer 100 louis ; s'il gagne, il doit épouser Agathe. M. Robin tient le pari : la paix est proclamée, l'Anglois paye les 100 louis ; Agathe épouse Williams, prisonnier autrichien qu'elle aimoit. Voilà, dit Robin :

« La première alliance
De l'Autriche avec la France. »

La pièce est de MM. BARRÉ, RADET et DESFONTAINES.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×